Bannir les plastiques de sa vie, c'est possible !

le
0
Bannir les plastiques de sa vie, c'est possible !
Bannir les plastiques de sa vie, c'est possible !

Une Américaine renverse la suprématie du plastique dans notre quotidien en l'excluant de son mode de vie.



Beth Terry, qui en avril 2001 avait déjà publié un ouvrage intitulé Plastic Free : How I Kicked the Plastic Habit and How You Can Too, a réussi à rayer le plastique de son existence. Une décision écologiquement exemplaire, prise en 2007 après avoir vu une photo de carcasse d'albatros. L'animal avait la cage thoracique pleine de détritus? Le défi était loin d'être gagné d'avance dans la mesure où le plastique se retrouve partout dans notre quotidien : couverts, meubles, vêtements, brosse à dents, alimentation? Radical, le changement de mode de vie s'est donc révélé être un vrai parcours du combattant. Le livre lui-même a intégralement été conçu sans plastique, de la couverture jusqu'à la colle.


« Plus j'en apprends sur (cette matière), plus je réalise que ce sont les personnes les plus vulnérables de la planète - qu'il s'agisse de bébés, d'animaux ou de personnes pauvres - qui sont les plus touchées », a-t-elle confié à nos confrères du site Grist.org.



La protection de l'environnement dans notre quotidien



De l'avis même de Mme Terry, il est important que ceux qui veulent réformer leur mode de vie le fassent progressivement, étape par étape. La réduction des déchets plastiques, tout comme Rome, ne peut se faire en un jour. Même si l'Américaine assure dans le même temps que la route est plus facile à emprunter qu'il n'y paraît?


Les concessions économiques sont bien réelles, ceux qui veulent exclure le plastique de leur quotidien doivent immanquablement faire face à un certain nombre de dépenses, mais au-delà de la réduction de la pollution entraînée par ces déchets, c'est un choix très bénéfique pour le bien-être. En effet, si les troubles que peut causer le bisphénol A sur notre organisme, et en particulier chez les nourrissons, sont aujourd'hui reconnus quasi-unanimement par la communauté scientifique, Mme Terry souligne qu'une étude récente de chercheurs canadiens a aussi mis en avant les dangers potentiels du polypropylène, polymère thermoplastique de grande consommation.


Au total, la vie sans plastique contribue indéniablement à assainir notre quotidien. L'entreprise de Mme Terry demeure néanmoins marginale et les multinationales n'ont malheureusement pas encore l'air disposées à s'en passer.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant