Banlieue : les enfants et ados voient leur quartier comme un refuge

le , mis à jour à 08:22
0
Banlieue : les enfants et ados voient leur quartier comme un refuge
Banlieue : les enfants et ados voient leur quartier comme un refuge

On parle toujours à leur place. Enfants, adolescents, ce qu'ils vivent au quotidien est invariablement décrit par un « expert » qui pose ses mots sur leur réalité. Aujourd'hui, les 6-18 ans font entendre leur voix et les conclusions sont étonnantes, surtout celles venant des enfants issus des quartiers prioritaires.

 

« Ici, on se connaît tous, on n'est jamais tout seul. Quand je serai plus vieille, j'espère bien rester dans mon quartier, lance Arwen, 14 ans. C'est là où je me sens le mieux, même si je sais qu'on a mauvaise réputation », analyse la collégienne des Bleuets à Créteil (Val-de-Marne), un quartier en pleine rénovation urbaine.

 

L'Unicef France est allé à la rencontre de 22 000 jeunes et publie ce jour les résultats exceptionnels de sa troisième consultation nationale, que nous révélons. Le thème ? « Grandir en France. Le lieu de vie comme marqueur social. »

 

Ils ont répondu à 163 questions sur leur quotidien

 

« Exceptionnels » parce que, pour la première fois, ces résultats permettent de différencier la perception des enfants selon leur lieu d'habitation et de recueillir des données rarement collectées. Ont-ils des amis ? Un soutien parental ? Sont-ils attachés à l'endroit où ils vivent ? Leurs impressions ont été collectées selon qu'ils résident en centre-ville, en quartier périphérique, populaire ou prioritaire. Les derniers, venant des quartiers en difficulté, ont répondu comme les autres aux 163 questions, et leur verdict est une petite claque à ces clichés qui leur collent à la peau, à eux comme à leur famille.

 

Désinvestis de leur scolarité ? Non. Plus de 60 % se disent même « angoissés » de ne pas réussir à l'école, marquant ainsi leur préoccupation pour l'avenir. Isolés, avec un entourage démissionnaire ? Encore non. Pas du tout même. Ils sont plus de 67 % à déclarer pouvoir trouver de l'aide, en cas de besoin, dans ce quartier pourtant si ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant