Bankia discute avec des candidats au rachat de la part de l'Etat

le
1
BANKIA DISCUTE DU RACHAT DE LA PARTICIPATION DE L'ÉTAT ESPAGNOL
BANKIA DISCUTE DU RACHAT DE LA PARTICIPATION DE L'ÉTAT ESPAGNOL

MADRID (Reuters) - Bankia, la banque espagnole emblématique des difficultés du secteur dans la péninsule, a eu des discussions informelles avec des candidats au rachat de la participation de 68% de l'Etat, a déclaré lundi son président, Jose Ignacio Goirigolzarri.

Lors d'une conférence de presse sur les résultats 2013 du numéro quatre de la banque en Espagne, il a confirmé que la FROB, le fonds de restructuration du secteur bancaire espagnol qui gère la participation de l'Etat, était en quête d'un conseiller stratégique en vue d'une cession.

Jose Ignacio Goirigolzarri a dit avoir constaté un intérêt des investisseurs pour Bankia, ajoutant que la sortie de l'Etat du capital pourrait se faire par étapes.

Il y a un peu plus de deux semaines, des sources avaient dit que Madrid envisageait de céder 18% de Bankia dès le premier trimestre de cette année, espérant profiter des conditions de marché actuellement favorables pour récupérer une partie de l'aide accordée à la banque l'an dernier. (voir )

Bankia, symbole de la crise financière qui a mis à genoux l'Espagne après l'effondrement du marché immobilier, a subi une perte de 19 milliards d'euros en 2012, qui a obligé Madrid à voler à son secours.

L'an dernier, l'Etat espagnol a dû se résoudre à accepter une aide internationale de 41,3 milliards pour la remise sur pied de son secteur bancaire. Sur ce total, Bankia a perçu 18 milliards.

Le groupe a renoué avec les bénéfices l'an dernier, avec un résultat net positif de 512 millions.

Ce niveau est inférieur aux attentes des analystes financiers, mais le revenu des intérêts a augmenté plus que prévu sur les trois derniers mois de 2013, suggérant une amélioration des conditions de marché dont ont déjà fait état les principales banques espagnoles.

Sur l'ensemble de 2013, le revenu net d'intérêts a toutefois reculé de 21,5% à 2,4 milliards d'euros.

La semaine dernière, Santander, BBVA Caixabank et Banco Popular ont également fait état de résultats 2013 en hausse sensible, en raison essentiellement de la diminution du coût du risque.

De manière générale, les résultats des banques sont attendus en hausse en 2014 avec la sortie de récession du pays.

Bankia n'est toutefois pas encore complètement sorti d'affaire, comme en témoigne le taux de créances douteuses, qui atteignait 14,7% à la fin du mois de décembre, contre une moyenne de 13,08% pour le secteur à fin novembre.

Après avoir passé une partie de la matinée dans le rouge, l'action Bankia progressait vers 12h00 GMT de 1,01% à 1,301 euro alors que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes cédait 1,02%.

Sarah White et Jesus Aguado, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marshaka le lundi 3 fév 2014 à 13:43

    Les résultats des banques ne sont tirés que par des diminutions du coût du risque et en aucune manière par une croissance retrouvée. L'espagne n'est pas sortie de la récession puisque son PIB a chuté de 1,2% en 2013 !