Bangui : opération militaire française en cours dans le quartier de Boy-Rabe

le
0
Bangui : opération militaire française en cours dans le quartier de Boy-Rabe
Bangui : opération militaire française en cours dans le quartier de Boy-Rabe

L'armée française a lancé mardi matin une opération militaire à Boy-Rabe, quartier nord de Bangui, capitale de la Centrafrique et bastion des milices chrétiennes «anti-balaka» (anti-machettes). Sur la route menant à l'aéroport, au nord de la ville, plusieurs véhicules blindés étaient déployés à l'entrée du quartier, survolé par un hélicoptère.

«Une opération militaire est en cours à Boy-Rabe», a indiqué une source militaire française, sous couvert d'anonymat. Dans le nord de la capitale centrafricaine, le quartier de Boy-Rabe est un fief de l'ancien président François Bozizé (renversé en mars 2013) où sont aujourd'hui basés de nombreux miliciens «anti-balaka», en lutte contre l'ex-rébellion de la Séléka (au pouvoir). A la faveur d'une vaste offensive coordonnée le 5 décembre sur plusieurs quartiers périphériques de Bangui, ces miliciens ont pris part à nombreuses attaques contre des civils musulmans.

Une tension extrême continue de régner à Bangui où un musulman a été tué samedi à coups de machette. L'homme, qui circulait à moto, a été lynché par des habitants du quartier Combattant, près de l'aéroport. Quelques instants plus tard, des gens brandissaient les mains coupées de la victime. Un deuxième homme a été blessé et a pu trouver refuge à la base française toute proche.

Selon les Nations-Unies, les tueries entre chrétiens et musulmans ont fait «plus de 600 morts» dans le pays et 160.000 déplacés rien qu'à Bangui.

Près de 1.600 militaires français déployés en Centrafrique

Lundi, un hommage national a été rendu aux Invalides, à Paris, à Nicolas Vokaer (23 ans) et Antoine Le Quinio (22 ans). Ces deux militaires français sont morts il y a une semaine au début de l'opération Sangaris à Bangui.

Près de 1.600 militaires français sont actuellement déployés en Centrafrique, dans le cadre de l'opération Sangaris visant à rétablir la sécurité dans le pays. Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant