Bangui : des soldats lynchent un ex-rebelle présumé

le
3
Bangui : des soldats lynchent un ex-rebelle présumé
Bangui : des soldats lynchent un ex-rebelle présumé

Alors que le couvre-feu en vigueur à Bangui depuis fin novembre de 18 h à 6 h doit être allégé à partir de ce mercredi, une nouvelle scène de lynchage s'est produite dans la capitale centrafricaine. Un homme, accusé d'être un ancien rebelle Séléka, a été battu à mort par des soldats des Forces armées centrafricaines (FACA), réunis lors d'une cérémonie officielle marquant leur reformation.

Les militaires, qui venaient d'écouter quelques minutes plus tôt un discours de la nouvelle présidente Catherine Samba Panza, ont frappé leur victime à coup de bottes, de pierre et de couteau avant de le déshabiller, de le trainer sur la rue et de s'acharner sur son cadavre. Ce lynchage, auquel s'est rapidement jointe une foule ivre de colère, s'est déroulé sous les yeux de soldats de la force africaine (Misca), qui assuraient la sécurité de la cérémonie. Selon des témoins, le corps a ensuite été démembré puis incendié, avant que la Misca intervienne en tirant des gaz lacrymogènes et des coups de feu en l'air pour disperser la foule.

Les violences ont éclaté sitôt le cortège officiel parti, au moment de la dispersion des quelque 4.000 soldats centrafricains présents à la cérémonie. Aucune réaction n'a pu être immédiatement obtenue auprès des autorités de transition, de la Misca ou de la force Sangaris.

Situation dégradée en province

Juste auparavant, la présidente de transition avait dit sa «fierté de voir autant d'éléments des FACA réunis» après leur dispersion depuis le coup d'État de mars 2013 qui a vu l'arrivée au pouvoir de la Séléka et de son chef Michel Djotodia, contraint à la démission le 10 janvier. Catherine Samba Panza avait notamment assuré aux militaires être en «pourparlers» avec les partenaires de la Centrafrique pour pouvoir assurer le règlement des soldes, impayées depuis cinq mois, et équiper les FACA «pour qu'elles puissent assumer leur mission de sécurisation de Bangui et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M488902 le mercredi 5 fév 2014 à 13:42

    Des pays du tiers-monde qui veulent nous ressembler mais n'y arriveront jamais.Ceci explique sans doute cela.

  • M488902 le mercredi 5 fév 2014 à 13:42

    Meme des singes font pas cela...

  • M8869453 le mercredi 5 fév 2014 à 13:35

    L'être humain à l'état brut.