Bangladesh : une survivante retrouvée dans l'immeuble effondré le 24 avril

le
0
Bangladesh : une survivante retrouvée dans l'immeuble effondré le 24 avril
Bangladesh : une survivante retrouvée dans l'immeuble effondré le 24 avril

Une survivante a été retrouvée, vendredi au Bangladesh, dans les décombres de l'immeuble qui s'est effondré le 24 avril, soit plus de deux semaines après la catastrophe qui avait eu lieu près de Dacca, la capitale, faisant plus de 1 000 morts.

«Elle a été localisée dans un trou entre une poutre et un pilier. Son nom est Reshmi. Elle a peut-être des réserves d'eau ou a peut-être bu un peu de l'eau que nous avons injectée dans le bâtiment», a déclaré le chef des pompiers peu de temps avant qu'elle ne soit dégagée des décombres.

Selon la télévision Somoy TV, elle avait trouvé refuge dans les ruines d'une salle de prière dans le sous-sol du bâtiment qui abritait cinq ateliers de confection. Les secours l'ont acclamée alors qu'elle était transportée jusqu'à une ambulance, réussissant à adresser un faible sourire à la foule. Un secouriste a dit que la femme avait eu accès à de la nourriture pendant quinze jours, mais que les réserves s'étaient épuisées. «Elle a dit qu'elle avait mangé des biscuits, mais qu'elle n'avait pas mangé depuis les deux derniers jours.»

«S'il vous plaît, sauvez-moi, s'il vous plaît, sauvez-moi»

L'un des membres des secours a indiqué que cette femme avait crié à l'aide alors que les secouristes inspectaient les ruines du Rana Plaza, situé à Savar. «Alors qu'on était en train de déblayer les gravats, on a appelé pour voir si quelqu'un était vivant. On l'a alors entendu dire: S'il vous plaît, sauvez-moi, s'il vous plaît, sauvez-moi», a déclaré ce secouriste s'exprimant sous le couvert de l'anonymat à la chaîne de télévision privée Somoy. Ce sauvetage miraculeux intervient alors que l'armée s'apprêtait à mettre un terme aux opérations de secours.

Le bilan de l'effondrement de l'immeuble d'industries textiles a dépassé vendredi les 1 000 morts. Au milieu des 1 041 victimes, de nombreux cadavres étaient réduits à l'état de squelettes, 17 jours après le drame....

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant