Bangladesh : Primark va verser des indemnités aux victimes de l'usine sinistrée

le
0
Bangladesh : Primark va verser des indemnités aux victimes de l'usine sinistrée
Bangladesh : Primark va verser des indemnités aux victimes de l'usine sinistrée

L'effondrement de l'immeuble qui a fait au moins 380 morts mercredi dernier à Dacca (Bangladesh) a relancé la polémique sur la sécurité et les conditions de travails des employés du textile dans les pays asiatiques. Si la plupart des enseignes occidentales qui y font fabriquer, à bas coût, leurs collections restent discrètes, la marque britannique Primark a annoncé ce lundi qu'elle s'engageait à verser «des indemnités aux victimes de cette catastrophe qui travaillaient pour son fournisseur». Le montant n'a pas été précisé.

Depuis la catastrophe, la colère des travailleurs gronde au Bangladesh. Vendredi, des heurts ont opposé la police à des centaines de milliers de manifestants, qui réclament des sanctions contre les responsables. Dimanche, la police a arrêté le propriétaire de l'immeuble effondré.

Mango, Benetton, Walmart...

La chaîne de vêtements à bas prix, dont l'un des fournisseurs était installé dans l'immeuble, s'était rapidement déclarée «choquée» par le drame. Le distributeur américain Walmart enquête pour savoir si l'un de ses fournisseurs se trouvait dans le Rana Plaza. L'Espagnol Mango, après avoir tergiversé, a admis des liens avec un fabricant. Quant à l'Italien Benetton, s'il dément tout lien avec des fabricants situés dans l'immeuble, des organisations de défense des ouvriers mettent en avant des documents de septembre 2012 correspondant à des commandes de la marque occidentale.

L'industrie textile au Bangladesh est la deuxième plus importante au monde et fournit nombre de marques occidentales. Les effondrements d'immeubles sont fréquents dans le pays, les normes de sécurité en matière de construction étant rarement appliquées. En novembre 2012, un incendie dans une usine textile fournissant notamment la chaîne américaine Walmart avait fait 111 morts à la périphérie de Dacca. Selon des ouvriers, leurs responsables leur avaient demandé de rester à leur poste en affirmant qu'il ne...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant