Bangladesh : plus de 650 morts dans l'immeuble effondré

le
0

C'est le pire accident dans l'histoire industrielle du Bangladesh. L'effondrement d'un immeuble du secteur textile le 24 avril dernier, à Dacca, la capitale, a fait plus de 650 morts, un bilan révisé à la hausse après la découverte de nouveaux corps dans les décombres. Selon un membre de l'armée chargée de coordonner les secours, Manzur Elahi, «le bilan s'élève désormais à 654 morts» et «devrait encore s'alourdir». Selon ce même responsable, 2.437 personnes ont été secourues saines et sauves.

Cet immeuble, le Rana Plaza, situé dans la banlieue de Dacca, abritait plusieurs ateliers de confection. Lorsqu'il s'est effondré comme un château de cartes, plus de 3.000 ouvriers étaient au travail. Cette tragédie a jeté une lumière crue sur les "ateliers de misère" où travaillent à une cadence effrénée des ouvriers confectionnant de l'habillement pour des marques occidentales.

D'autres corps probablement pris au piège

Selon des responsables, certains corps extraits des décombres n'avaient plus tous leurs membres, d'autres étaient retrouvés dans des états de décomposition avancés, rendant leur identification difficile. Les secours ont toutefois pu identifier certaines victimes grâce à leurs téléphones portables retrouvés dans leurs poches ou à leurs badges de travail. Un soldat de l'armée participant au secours, Delwar Hossain, indiquait dimanche soir que l'odeur nauséabonde se dégageant des ruines suggérait la présence d'autres cadavres toujours pris au piège.

Une douzaine de personnes ont été arrêtée dans le cadre de l'enquête, dont le propriétaire de l'immeuble et ceux des ateliers de confection. Selon un responsable de l'enquête, des vibrations dues notamment à de gros générateurs sont à l'origine de l'effondrement de l'immeuble qui était déjà très fragilisé aux dires des témoins. Douze jours après le drame, des centaines de proches éplorés étaient toujours massés sur...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant