Bangkok et ses trésors menacés par les eaux 

le
0
La Thaïlande s'organise pour affronter la pire des crues annoncées depuis cinquante ans.

Narong Chucherattana écrase les cafards qui lui courent sur les pieds. Que les blattes s'affolent ne peut être qu'un présage de malheur, explique cet élégant banquier avant d'aller écumer les faubourgs de Bangkok pour trouver des sacs de sable, une marchandise devenue rare en ces temps inondés.

Devant la crue phénoménale annoncée pour le 16 octobre, la capitale thaïlandaise tente de s'organiser. Dans l'urgence, la municipalité monte des remparts sur les berges du fleuve, autour de l'aéroport, met en place des ponts temporaires, positionne ses puissantes motopompes, creuse des canaux. Dans les quartiers résidentiels, on élève des fortins devant sa porte d'entrée, on stocke le riz et l'eau potable, on cherche des barques. Tout Bangkok implore la clémence de la déesse des eaux tout en se racontant des histoires pour se faire peur: une centaine de crocodiles se seraient échappés d'une ferme inondée, les morsures de serpents seraient déjà en recrudescence.

Bouillass...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant