Ban Ki-moon en Israël pour tenter de désamorcer les tensions

le
0

par Ori Lewis JERUSALEM, 20 octobre (Reuters) - Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, est attendu mardi en Israël alors que se multiplient les efforts diplomatiques visant à mettre fin aux violences qui secouent Israël et les territoires palestiniens depuis début octobre. La dernière agression en date s'est produite mardi en Cisjordanie, où un Palestinien a poignardé et blessé un officier israélien avant d'être abattu par d'autres militaires, selon l'armée israélienne et le ministère palestinien de la Santé. Ban, dont la visite en Israël n'a été annoncée que quelques heures avant son arrivée, doit rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans la journée. Le secrétaire général de l'Onu s'entretiendra également mercredi avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, indiquent des responsables palestiniens. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry doit quant à lui rencontrer Netanyahu en Allemagne, où le chef du gouvernement israélien effectuera une visite mercredi et jeudi. John Kerry a souhaité lundi que les dirigeants israélien et palestinien clarifient le statut de l'esplanade des Mosquées, à l'origine de la récente flambée de violences qui a coûté la vie à 42 Palestiniens et huit Israéliens. Le chef du département d'Etat a également prévu de voir Mahmoud Abbas et le roi Abdallah de Jordanie, sans doute à Amman, avant la fin de la semaine. Dans un discours prononcé mardi à Jérusalem devant des représentants de la communauté juive mondiale, Benjamin Netanyahu a une nouvelle fois démenti que son gouvernement compte modifier le statut de l'esplanade, lieu saint de l'islam et du judaïsme géré de longue date par les autorités religieuses musulmanes. Les juifs, qui nomment l'esplanade le mont du Temple, situé dans la vieille ville de Jérusalem capturée par Israël lors de la guerre des Six-Jours en 1967, sont autorisés à s'y rendre, mais pas à y prier, ce que certains réclament. "Israël n'a pas changé et ne changera pas le statu quo. C'est un énorme mensonge", a déclaré Benjamin Netanyahu. NETANYAHU DÉFEND SA GESTION DE LA CRISE Les forces de sécurité israéliennes ont tué au moins 42 Palestiniens, auteurs d'agressions ou manifestants, depuis le début d'une vague d'agressions au couteau ou par arme à feu qui a coûté la vie à huit Israéliens en trois semaines. Ces agressions, commises par des Palestiniens ou des Arabes israéliens en Israël, à Jérusalem et en Cisjordanie, ont provoqué un climat de psychose. Un Erythréen, pris à tort pour un agresseur durant l'attaque d'une gare routière dimanche à Beersheba, dans le sud d'Israël, a été mortellement blessé par balle par un vigile et à coups de pied par une foule d'Israéliens. Dans une interview publiée mardi dans le journal progouvernemental Israel Hayom, le chef du gouvernement, qui avait prévenu il y a quelques jours qu'il n'existait pas de solution rapide pour mettre fin à ces violences, se dit confiant dans les capacités des autorités à contenir la crise et éviter qu'elle ne s'étende. "Une bonne gestion des événements a permis qu'il n'y ait pas de confrontation massive au nom d'une guerre de religion, notamment une recrudescence des tirs de roquettes en provenance de Gaza et du Liban", déclare Netanyahu, qui est accusé par certains de ses ministres de ne pas protéger suffisamment les Israéliens. Mardi matin, les forces israéliennes ont arrêté Hassan Youssef, un chef du Hamas en Cisjordanie déjà interpellé à plusieurs reprises. Dans un communiqué, le mouvement islamiste a déclaré que l'Etat hébreu devait "s'attendre à de nouvelles opérations de vengeance pour la défense d'Al Aksa". La mosquée Al Aksa est située sur l'esplanade des Mosquées. A Hébron, toujours en Cisjordanie, les forces israéliennes ont détruit un appartement appartenant au meurtrier palestinien d'une Israélienne près d'une colonie juive de Cisjordanie en novembre dernier. Maher Hachlamoune avait péri dans l'attaque. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant