Ban Ki-moon condamne le bombardement d'hôpitaux et écoles en Syrie

le
0
    NATIONS UNIES, 15 février (Reuters) - Le secrétaire général 
des Nations unies, Ban Ki-moon, a exprimé lundi son inquiétude 
après les bombardements d'écoles et d'hôpitaux, en Syrie, dont 
l'un soutenu par Médecins sans frontières (MSF), lundi, 
rappelant que de telles attaques violent les lois 
internationales, a déclaré son porte-parole. 
    "Le secrétaire général est très inquiet des informations 
faisant état de tirs de missiles sur au moins cinq hôpitaux et 
deux écoles à Alep et Idlib, qui ont tué près de 50 civils, dont 
des enfants, et en ont blessé de nombreux autres", a déclaré le 
porte-parole, Farhan Haq. 
    "De telles attaques constituent une violation flagrante du 
droit international." 
    "Ces incidents remettent en question les engagements pris 
par le GISS (Groupe international de soutien à la Syrie) lors de 
sa réunion du 11 février à Munich", a ajouté le porte-parole, en 
référence à l'annonce d'un accord entre grandes puissances sur 
la mise en place d'un cessez-le-feu en Syrie à la fin de cette 
semaine.   
    Le président de MSF France, Mego Terzian, a attribué à Damas 
ou Moscou la responsabilité des tirs qui ont provoqué la mort 
d'au moins sept personnes dans son hôpital de la province 
d'Idlib.   
 
 (Louis Charbonneau; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant