Bamako: un charnier découvert après l'arrestation de Sanogo,

le
0
Les corps pourraient être ceux de militaires proches de l'ancien président Amadou Toumani Touré.

La réalité a confirmé la rumeur. À Bamako, il se disait depuis des mois, dans l'ombre des buvettes, dans les salons, que des fosses communes recelaient, sur les hauteurs de la ville, des secrets inavouables. Dans la nuit de mardi, une équipe de policiers, accompagnée d'un juge d'instruction et du ministre de la Justice, a mis au jour un charnier contenant 21 corps dans la commune de Diago, à une quinzaine de kilomètres de la capitale. Officiellement, l'identité des victimes comme celles des auteurs de ces meurtres est inconnue.

Dans les faits, nul ne doute vraiment qu'il s'agisse des restes de «bérets rouges», des militaires issus d'un régiment de parachutistes considéré proche de l'ancien président Amadou Toumani Touré, renversé par un coup d'État en mars 2012.

Les langues se délient

On ne doute pas non plus que les suspects du massacre soient...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant