Baltimore : nouvelle nuit agitée malgré le couvre-feu

le
0
Baltimore : nouvelle nuit agitée malgré le couvre-feu
Baltimore : nouvelle nuit agitée malgré le couvre-feu

La situation s'est tendue à nouveau dans la nuit mardi à mercredi à Baltimore, une ville de l'est des Etats-Unis en proie à des violences depuis lundi, suite à la mort d'un jeune homme en garde à vue. La police est intervenue en tirant du gaz au poivre peu après l'entrée en vigueur d'un couvre-feu, mardi à 22 heures (4 heures à Paris), pour disperser plusieurs dizaines de manifestants qui ont bravé l'interdiction.

«Les policiers ont désormais utilisé des bombes au poivre face à une foule agressive», a indiqué la police sur son compte Twitter après avoir indiqué que des individus «lancent des objets» aux officiers. Selon la police - qui dit avoir fait face à un groupe «agressif et turbulent» -, un incendie a également été allumé par des «criminels» devant une bibliothèque.

Plusieurs chaînes de télévision, dont CNN, ont également évoqué le tir de fumigènes ainsi que de balles en plastique. Présente sur les lieux, Cassandra Faibanks, journaliste pour le site d'informations Sputnik, confirme sur Twitter l'usage de ces munitions. «Nous avons été lourdement gazés», dit-elle. Elle réfute par ailleurs le terme «émeutes».

Officers are now advancing on the group. They remain aggressive and disorderly.— Baltimore Police (@BaltimorePolice) 29 Avril 2015

We are being heavily gassed pic.twitter.com/pSl6W2fH61— Cassandra (@CassandraRules) 29 Avril 2015

Un dispositif policier important

Plusieurs dizaines de personnes se trouvaient toujours à 22 heures (locales) dans les rues de Baltimore, où des milliers de militaires et de policiers avaient été déployés mardi soir en amont du couvre-feu d'une semaine, établi au lendemain de violentes émeutes. Pendant les minutes précédant ce couvre-feu en vigueur jusqu'à 5 heures (11 heures à Paris), des policiers avaient sillonné la ville en voitures de patrouille avec des porte-voix, et même un hélicoptère avec un haut-parleur, pour prévenir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant