Balotelli : «Je ne représente pas un risque» pour Nice

le
0
Balotelli : «Je ne représente pas un risque» pour Nice
Balotelli : «Je ne représente pas un risque» pour Nice

Jouer l'apaisement et déminer le terrain. Réputé pour ses frasques et ses différents écarts, l'attaquant italien Mario Balotelli, recruté par l'OGC Nice, a tenu ce vendredi à rassurer. 

 

«Je ne représente pas un risque» pour l'OGC Nice, a-t-il plaidé. «La carrière qui a été la mienne, c'est différent de ce qui est écrit dans la presse. Mais pour moi, je ne représente pas un risque. J'ai eu des problèmes physiques, mais un risque ? Non !» s'est défendu le joueur qui sort de deux saisons très moyennes (un seul but marqué l'an passé avec le Milan AC, en Italie), à qui il était prêté par Liverpool (Angleterre) et qui a été victime d'une pubalgie.

 

 

.@finallymario : « C’est une décision uniquement sportive. C’était le mieux pour moi. @ogcnice a un bon projet » pic.twitter.com/GNOG1l7XOt

— OGC Nice (@ogcnice) 2 septembre 2016

 

 

 

Un journaliste lui a ensuite fait remarquer que la Côte d'Azur est bien pourvue en boîtes de nuit, ce qui peut être un motif d'inquiétude pour les supporters niçois en raison de sa réputation de fêtard. «Je préfère ne même pas entendre cette question», a tranché l'Italien.

 

Balotelli a insisté sur le fait que sa «priorité» c'est de «jouer», assurant avoir fait un choix «uniquement sportif, footballistique» en rejoignant Nice. Il a pris soin de dire en français : «J'espère que cette année va être très bonne... C'est tout !»

 

Avant son joueur, le président Jean-Pierre Rivère a répété «assumer» le risque représenté par le recrutement du joueur. «On sait le risque qu'on prend, mais moi je le prends avec plaisir. Il faut laisser du temps à Mario. Laissez-nous le temps de travailler. Il ne faut pas attendre tout tout de suite», a-t-il dit. L'entraîneur suisse Lucien Favre a lui aussi reconnu que Balotelli devait «recommencer à travailler parce que ça fait quatre ans que c'est difficile pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant