Balladur conseille à Sarkozy de «se taire encore»

le
0
Balladur conseille à Sarkozy de «se taire encore»
Balladur conseille à Sarkozy de «se taire encore»

Quand l'ancien mentor conseille son ancien élève. Interrogé mardi matin sur Europe 1 au sujet de l'éventuel retour en politique de Nicolas Sarkozy après le non-lieu prononcé en sa faveur dans l'affaire Bettencourt, Edouard Balladur a recommandé à l'ex président de la République de «se taire encore».

Alors qu'on lui demande si ce retour peut être facilité par l'ordonnance rendue lundi par les juges en charges de l'affaire Bettencourt, l'ancien Premier ministre a commenté : «Je pense que de toute manière, il n'est pas pour demain, ce retour. Son intérêt n'est d'ailleurs pas de se presser». Et d'ajouter qu'il «vaut mieux se taire encore».

Quant à savoir si la rupture entre Nicolas Sarkozy et celui qui fut son Premier ministre François Fillon est consommée, Edouard Balladur a répondu : «J'espère que non». Puis de distiller ses recommandations : «Il faut que la droite remette de l'ordre dans ses affaires», «d'abord dans son organisation et en second lieu dans les idées».

«Notre pays traverse une crise très grave, pas seulement économique et de emploi, mais morale et politique, a t-il jugé. Elle touche aussi bien et la droite et la gauche qui ont pour devoir d'être un peu au-dessus de ce qu'elles sont en ce moment».

Balladur juge que la validation de ses comptes de campagne de 1995 «s'impose à tous»

Toujours sur Europe 1 ce mardi, Edouard Balladur a de nouveau assuré que sa campagne de 1995 avait respecté les règles de financement et été validée par le Conseil constitutionnel, ce qui «s'impose à tous». «Il n'y a pas deux catégories de décision du Conseil constitutionnel, celles qu'on peut méconnaître et celles qu'on doit respecter, sinon il faudra qu'on m'explique sur quelle base on opérerait cette discrimination», a-t-il souligné.

Le dossier sur ce financement est l'une des branches de la tentaculaire affaire Karachi, qui avait démarré par une enquête, toujours en cours, sur l'attentat commis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant