Bâle-Oudéa interpelle l'UE sur de nouvelles règles prudentielles

le
1
    PARIS, 14 juin (Reuters) - Le directeur général de Société 
générale  SOGN.PA , qui préside la Fédération bancaire 
européenne, interpelle la future présidence slovaque de l'Union 
européenne pour lui demander d'examiner les nouvelles règles 
prudentielles envisagées par le comité de Bâle et redoutées par 
le secteur bancaire. 
    "De nouvelles augmentations dans les niveaux de capitaux 
requis ne peuvent qu'obérer la capacité des banques à financer 
l'économie", écrit Frédéric Oudéa au ministre slovaque des 
Finances Peter Kazimir, dans un courrier vu par Reuters.  
    Les besoins en argent frais des banques pourraient s'élever 
à "des centaines de milliards d'euros", ajoute-t-il. 
    De nombreuses banques européennes font campagne contre un 
"Bâle IV", nouvel ensemble de mesures qui renforcerait encore 
leurs besoins en fonds propres.  
    Ces banques estiment avoir déjà fait les efforts nécessaires 
induits par le cycle de Bâle III décidé par la communauté 
internationale après l'éclatement de la crise financière de 
2007-2008. 
    "Nous vous exhortons de profiter du premier Ecofin (réunion 
des ministres des Finances) en juillet pour vous pencher avec 
vos collègues sur les conséquences de ces changements de règles 
pour l'Europe", plaide Frédéric Oudéa.   
    Le régulateur français fait valoir que les discussions en 
cours ne visent qu'à finaliser les normes de Bâle III sans 
provoquer un accroissement significatif des exigences de fonds 
propres pour les banques européennes.  
    "Il s'agit bien de lancer Bâle III, pas de lancer un Bâle IV 
qui n'existe pas", avait déclaré en mars le gouverneur de la 
Banque de France François Villeroy de Galhau, lors d'une 
audition au Sénat. 
 
 (Julien Ponthus et Maya Nikolaeva, édité par Dominique 
Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jjd47 il y a 6 mois

    Financer l'économie? Ah, Ah, Ah....