Bâle 3 et un accès au crédit sélectif

le
0

L'entrée en vigueur de Bâle III et du « LCR » en 2015 permettra aux banques par l'exigence d'un niveau de fonds propres minimum de mieux résister aux crises de liquidités. Le revers de la médaille est un accès plus sélectif au crédit pour les investisseurs.

Malgré tout l'accès au crédit reste sélectif. En cause notamment, les critères prudentiels de Bâle III et la mise en œuvre prochaine du « LCR » (Liquidity Coverage Ratio). Destinées à renforcer la solidité du système financier,  les différentes mesures adoptées contraignent les banques à maitriser leurs risques en détenant plus de fonds propres pour un même niveau d'encours de crédit. Résultat, ces critères de sécurité bancaire obligent les banques à accentuer le contrôle des risques encourus et par ricochet à allonger les délais d’accord et de décision des offres de prêt.

Dommage car les taux de crédit restent toujours à des niveaux attractifs. D'après Cafpi, certaines régions se distinguent. Ainsi, en février, les régions PACA et Rhône-Alpes prennent ex-aequo la tête du palmarès des régions où les taux moyens des crédits immobiliers sont les plus avantageux, avec 2,35% sur 15 ans, 2,75% sur 20 ans et 2,95% sur 25 ans. Les deux régions se font coiffer de justesse sur leurs taux de crédit à10 ans. Pour cette durée, elles proposent un taux moyen de 2,25%, contre 2,21% pour les zones les plus avantageuses (Basse et Haute-Normandie, Bretagne, Centre et Pays de la Loire).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant