Baker Hughes confirme des discussions avec Halliburton

le
0
BAKER HUGHES CONFIRME DES DISCUSSIONS AVEC HALLIBURTON
BAKER HUGHES CONFIRME DES DISCUSSIONS AVEC HALLIBURTON

par Nadia Damouni et Terry Wade

HOUSTON/NEW YORK (Reuters) - Baker Hughes, le numéro trois mondial des services pétroliers, a confirmé jeudi la tenue de discussions préliminaires avec Halliburton, le numéro deux, en vue d'une éventuelle fusion des deux groupes américains.

Dans un communiqué, Baker Hughes souligne que ces discussions pourraient ou non aboutir à une transaction.

"Baker Hughes a confirmé aujourd'hui avoir engagé des discussions préliminaires avec Halliburton concernant la possibilité d'une transaction sur une fusion de leurs activités", lit-on dans ce communiqué.

Halliburton s'est refusé pour l'instant à toute déclaration sur les discussions en cours, dont ont fait état tout d'abord Dow Jones et le Wall Street Journal.

Les deux groupes ont une capitalisation boursière cumulée de 67 milliards de dollars (53,7 milliards d'euros) - moitié moins que les 125 milliards de dollars du leader Schlumberger.

Une fusion créerait un géant employant 140.000 personnes.

Si un accord était conclu, les deux groupes pourraient devoir céder des actifs pour convaincre les autorités de la concurrence qu'ils ne nuiront pas à la concurrence, déclare Seth Bloom, un ancien de la division antitrust du département américain de la Justice, aujourd'hui reconverti dans le privé.

Un accord de fusion entre les deux groupes serait passé à la loupe par les autorités de la concurrence en Europe, en Chine, au Brésil et au Mexique, déclarent d'autres experts.

Les cours du pétrole ont chuté d'un tiers depuis le mois de juin, freinant la demande pour les forages et autres services fournis par les sociétés du secteur parapétrolier.

La nouvelle d'un possible rapprochement entre Halliburton et Baker Hughes, donnée par l'agence financière Dow Jones peu avant la clôture de Wall Street, a fait bondir l'action Baker Hughes de 15,2% à 58,75 dollars.

Halliburton de son côté a pris 1,1% à 53,79 dollars, après une poussée à 58,00 quand la nouvelle est tombée.

(avec Anne Driver et Diane Bartz, Véronique Tison et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant