Baisses d'impôts en 2018, un "effet de souffle" dont les ménages bénéficieront peu

le , mis à jour le
5

Malgré l'alerte au déficit lancé par la Cour des comptes pour 2018, le gouvernement choisit de baisser franchement les impôts dès l'année prochaine. Alors que le Premier ministre Edouard Philippe s'était montré plutôt timide sur le calendrier lors de son discours de politique générale, il assure ce mardi dans un entretien aux Echos s'être mis d'accord avec le président pour provoquer un "effet de souffle fiscal."

LIRE AUSSI >> Taxe d'habitation et ISF: les coulisses du rétropédalage de Macron

Cela ne signifie cependant pas que la promesse d'exonérer 80% des Français de la taxe d'habitation sera intégralement tenue dès 2018. Cette réforme-clé du programme d'Emmanuel Macron en direction des classes moyennes sera engagée à hauteur de 3 milliards de baisses, alors qu'elle doit coûter 8,5 milliards au terme du quinquennat, selon les dernières estimations du ministre des comptes publics Gérald Darmanin.

"La pression fiscale sera réduite de près de 0,6 point de PIB, soit un montant proche de 11 milliards", assure Edouard Philippe. Aux 7 milliards déjà annoncés samedi dernier, composés notamment de la montée en puissance du CICE et de la baisse de l'impôt sur les sociétés prévues par le précédent gouvernement, s'ajoutent la réforme de l'ISF, "appliquée intégralement en 2018" pour un coût de 3 milliards, et le prélèvement forfaitaire unique sur les revenus de l'épargne, une perte de 1,5 milliard d'euros pour l'Etat.

Les classes moyennes ne semblent pas être tout à fait au coeur de cet "effet de souffle fiscal en faveur de l'investissement, de l'emploi et de la croissance", annoncé par Edouard Philippe. Interrogé à ce sujet par les journalistes des Echos, le Premier ministre se contente de rappeler que le pouvoir d'achat des salariés va progresser grâce à la suppression de leurs cotisations salariales maladie et chômage. Sans mentionner que la hausse de la CSG prévue en comp...

lire la suite sur votreargent.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr1 il y a 4 mois

    CSG non déductible implique une hausse cachée des impôts .

  • rleonard il y a 4 mois

    les non retraités n'ont pas bien fait leur compte : actuellement pour 100 de salaire brut, cotisation 3% reste 97 imposable et net. a venir pour 100 de salaire brut plus de cotisations donc 100 imposable - 1,7 de csg non déductible net = 98,3. résultat augmentation de plus de 3% du salaire imposable. beaucoup qui ne payaient pas d'impots vont basculer et perdre des aides puisqu'ils passeront au dessus des plafonds. mais ca, notre qouvernement se cache bien de le dire et qui seront les dindons?

  • calippe3 il y a 4 mois

    les retraités iront un peu plus en vacances à l'étranger avec un moins de leur retraite à cause de la CSG ....... clubs voyages y étant moins chers

  • mlaure13 il y a 4 mois

    Sans vouloir mettre à mal la bonne volonté des « macronistes », on s’aperçoit vite que la triste réalité les rattrape…ou comment réduire 40 ans de laxisme…IMPOSSIBLE…surtout quand on sait que les 2/3 (15 000 Mds€) de notre dette souveraine (22 000 Mds€) sont dus à la pléthore de nos fonctionnaires voir Cour des comptes (PS) et qu’ils ne veulent pas réformer…tout le reste n’est que pipeau et cautère sur jambe de bois… ;-(((

  • calippe3 il y a 4 mois

    les retraités qui se sont fait avoir en ne lisant pas le programme en détail vont bien le regretter et aux prochaines élections ne s'y laisseront plus prendre j'en connais déjà .......