Baisse du pétrole : les gagnants et les perdants

le
0
Une plateforme BP dans le Golfe du Mexique. (© BP)
Une plateforme BP dans le Golfe du Mexique. (© BP)

La chute du prix du pétrole constitue une aubaine pour les consommateurs mais pénalise les pays producteurs et complique le travail de la BCE en Europe pour atteindre son objectif de 2% d'inflation. «Les principaux perdants de la baisse du cours sont les pays exportateurs», dont les revenus chutent, rappelle Denis Ferrand, directeur général de l'institut économique français Coe-Rexecode. Les pays du Golfe ont d'ailleurs mise en place des mesures d'austérité ces derniers mois.

Mais les Etats ne sont pas les seuls à souffrir. Les groupes pétroliers ou parapétroliers subissent la baisse de plein fouet et voient leurs actions s'effondrer en Bourse. Moody's a d'ailleurs menacé vendredi d'abaisser la note de 120 entreprises du secteur pétrolier et gazier. Pour M. Ferrand, les énergies renouvelables font aussi également partie des perdants, le pétrole à bas prix n'étant pas un encouragement à chercher des énergies alternatives.

Et indirectement, le pétrole ne vient pas au secours de la Banque centrale européenne (BCE) qui éprouve des difficultés à relancer l'inflation dans la zone euro pour atteindre son objectif de 2%. Son président, Mario Draghi, a d'ailleurs laissé entrevoir de nouvelles mesures de soutien monétaire dès mars, après avoir reconnu que "la dynamique de l'inflation est en-dessous de nos attentes".

Un soulagement pour la Chine

Du côté des gagnants, les consommateurs des pays

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant