Baisse du déficit de la Sécu en 2013 et 2014

le
7
RECUL DU DÉFICIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE EN 2013
RECUL DU DÉFICIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE EN 2013

PARIS (Reuters) - Le déficit du régime général de la Sécurité sociale et du fonds de solidarité vieillesse (FSV) a baissé de 2,1 milliards d'euros en 2013 par rapport à 2012, à 15,4 milliards, selon un rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale.

Selon une synthèse de résultats qui seront présentés ce jeudi, la Commission prévoit une nouvelle réduction de deux milliards d'euros en 2014, légèrement inférieure aux prévisions de la Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS, 2,4 milliards).

Pour le seul régime général de la Sécurité sociale, le déficit a été de 12,5 milliards d'euros en 2013 contre 13,3 milliards en 2012 et devrait atteindre, selon les prévisions de la Commission, 9,9 milliards en 2014, au lieu de 9,6 milliards.

Les dépenses du régime général ont atteint 336,5 milliards d'euros en 2013 (+2,7%), dont plus de 92% de prestations sociales nettes, et devraient encore augmenter de 2,5% en 2014 pour atteindre 344,8 milliards d'euros.

Les dépenses de la branche vieillesse ont été les plus dynamiques (+3,9%) mais leur croissance devrait ralentir en 2014 (+2,2%), estime la Commission.

En matière de dépenses d'assurance maladie (174 milliards d'euros en 2013), l'objectif fixé par la LFSS, l'Ondam, a été non seulement respecté pour la quatrième année consécutive, mais même amélioré (+2,4% au lieu de +2,7%).

Le gouvernement a également prévu de limiter à 2,4% la progression des dépenses d'assurance maladie en 2014.

Le déficit du régime général de la Sécurité sociale et du FSV avait atteint un pic de 28 milliards d'euros en 2010 (23,9 milliards pour le seul régime général de la Sécu), avant d'entamer une diminution progressive les années suivantes (-7,1 milliards en 2011 et -3,4 milliards en 2012).

UNE DIMINUTION QUI MARQUE LE PAS

Cette diminution a marqué le pas en 2013 du fait de la dégradation de la conjoncture et d'un ralentissement de la masse salariale cette année-là, souligne la Commission.

"Le déficit constaté en 2013 est supérieur de 1,2 milliard au déficit prévu par la LFSS" en raison de recettes "moins dynamiques que prévu", précise-t-elle.

Les cotisations du régime général ont augmenté de 3,2%, sensiblement plus vite que la masse salariale du secteur privé (1,2%) en raison des hausses de cotisations et de la forte baisse des exonérations pour les heures supplémentaires.

En revanche, les recettes provenant de la contribution sociale généralisée (CSG) n'ont progressé que de 1,4%, après 4,1% en 2012, en raison, notamment, d'une atonie des revenus d'activité et d'un faible dynamisme des revenus du capital.

Ainsi, le rendement des prélèvements sociaux sur les revenus du capital n'a été que de 19,8 milliards d'euros, en progression de 0,6% par rapport à 2012 au lieu de +18,4% cette année-là et 25,8% en 2011.

Le solde de la branche accidents du travail, en déficit depuis 2009, est devenu positif en 2013 (+0,6 milliard).

Celui de l'assurance vieillesse, négatif, s'est néanmoins amélioré de 1,7 milliard d'euros, à 3,1 milliards. En revanche, ceux des branches maladie et famille se sont respectivement dégradés de 0,9 et 0,7 milliards, à 6,8 et 3,2 milliards.

Quant au FSV, très déficitaire depuis 2009, il a vu son solde s'améliorer de 1,3 milliard d'euros à 2,9 milliards, grâce à l'apport de recettes nouvelles.

Pour 2014, la Commission prévoit des recettes plus dynamiques mais inférieures aux prévisions de la LFSS.

"La progression des recettes du régime général devrait atteindre 3,4% en 2014 tandis que celles du FSV seraient stables par rapport à 2013", précise la Commission.

(Emmanuel Jarry, édité par Jean-Philippe Lefief)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1227497 le jeudi 5 juin 2014 à 11:22

    @renard: tout a fait d'accord avec toi.

  • renard le jeudi 5 juin 2014 à 10:09

    Pour visualiser le déficit, il suffit d'aller à l'Urssaf près de chez vous. D'un côté, 3 petits artisans qui supplient pour obtenir un étalement de leurs cotisations pharaoniques, de l'autre, la France "qui gagne", 100 à 120 personnes en survêtement avec 5-6 gamins en train de râler car les allocations n'arrivent pas assez vite, et qui estiment que l'on devrait majorer leurs subsides, le déséquilibre est flagrant, mais on n'écoute que les seconds, les premiers obéissent et la ferment...

  • M8603854 le jeudi 5 juin 2014 à 09:57

    Les français " de souche" sont en moyenne plus vieux donc plus souvent malade. Et leurs retraites sont plus élevées. Donc le déficit "français" est le plus lourd, eh oui, eh oui...

  • b.renie le jeudi 5 juin 2014 à 08:28

    Ce n'est pas politiquement correct mais il faut rétablir un ticket modérateur si on prétend maitriser les comptes de notre compagnie d'assurance maladie. Quant aux comptes du régime général des retraites .... !!!!

  • cactop le jeudi 5 juin 2014 à 07:29

    on cotise de plus en plus et l'on se soigne de moins en moins

  • M4847290 le jeudi 5 juin 2014 à 07:14

    Merci a sarestal d'être un être doué d’intelligence. Aucun Français ne devrait comprendre pourquoi il y a un déficit tellement les cotisations sont ENORMES !Pourrait on avoir une explication de ou va le pognon et bien sur avec distinction des remboursements de ceux qui payent et de ceux qui ne payent pas, des étrangers, des sans papiers, des aides ***** !

  • sarestal le mercredi 4 juin 2014 à 22:28

    La dette de la sécu diminue grâce aux français qui cotisent + et qui sont de plus en plus dé-remboursés mais au profit de qui ? Au fait le coût des prestations familiales FRANCAISES il suit quelle évolution ?

Partenaires Taux