Baisse du bénéfice trimestriel de McDonald's

le
0
CRISE ET DOLLAR PÈSENT SUR LE BÉNÉFICE TRIMESTRIEL DE MCDONALD'S
CRISE ET DOLLAR PÈSENT SUR LE BÉNÉFICE TRIMESTRIEL DE MCDONALD'S

par Lisa Baertlein

(Reuters) - McDonald's a affiché lundi une baisse de son bénéfice trimestriel, plombé par le ralentissement économique mondial et l'appréciation du dollar, et a dit s'attendre à un ralentissement de ses ventes ce mois-ci.

A 15h00 GMT, le titre perdait 2,4% à 89,35 dollars à Wall Street.

Les résultats moroses du numéro un mondial de la restauration rapide font suite à ceux de son concurrent américain Chipotle Mexican Grill, qui a perdu près du quart de sa valeur boursière vendredi après l'annonce d'un ralentissement de ses ventes au deuxième trimestre.

"Nous savions que ce serait un trimestre difficile, et ce le fut, assurément", commente Jack Russo, analyste pour Edward Jones. "Cette année sera un défi pour la chaîne. L'Europe (son premier marché en termes de chiffre d'affaires) a ralenti et le consommateur reste plutôt économe."

McDonald's a réalisé au deuxième trimestre un bénéfice net de 1,35 milliard de dollars (1,12 milliard d'euros), soit 1,32 dollar par action, contre 1,41 milliard (1,35 dollar/action) un an auparavant. Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait un bénéfice de 1,37 dollar par action.

Le raffermissement du dollar, qui pèse sur la compétitivité de l'enseigne à l'étranger, a réduit le bénéfice par action de 7 cents sur le trimestre, selon le groupe.

Le chiffre d'affaires est ressorti à 6,92 milliards de dollars, quasiment inchangé par rapport aux 6,91 milliards enregistrés un an plus tôt.

McDonald's a en outre dit s'attendre pour juillet à une évolution de ses ventes mondiales "positive mais moindre qu'au deuxième trimestre".

Le groupe a vu au deuxième trimestre la croissance de ses ventes mondiales ralentir à 3,7% à périmètre comparable, contre 5,6% sur la même période l'an dernier. En Europe, la croissance des ventes est passée en un an de 5,9% à 3,8%.

La progression des ventes mondiales du groupe a encore davantage ralenti en juin, à 4,4% contre 7,7% un an plus tôt.

"On commence à voir que les consommateurs dépensent moins dans les restaurants", souligne R.J. Hottovy, analyste pour Morningstar. "On constate aussi une concurrence accrue."

Avec Brad Dorfman à Chicago, Marc Angrand et Natalie Huet pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant