Baisse des taux de crédits immobiliers: ça continue, encore et encore

le
0

Les particuliers se sont endettés à 1,48% (hors assurance) en août contre 1,55% en juillet. Les renégociations de crédit immobilier sont reparties de plus belle.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les taux des crédits immobiliers continuent de fortement baisser. Les particuliers se sont endettés à 1,48% en moyenne (hors assurance et coût de sûreté), contre 1,55% en juillet, constate l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Dans le détail, les emprunteurs ont souscrit un prêt à 1,34% en moyenne sur 15 ans (hors assurance), 1,57% sur 20 ans et seulement 1,86% sur 25 ans! Par ailleurs, les écarts entre le neuf et l’ancien sont importants. Les particuliers achetant un bien neuf ont en moyenne emprunté à 1,59% en août et ceux devenant propriétaires d’un logement ancien à 1,42%.

Entre octobre 2015 et fin août, les taux des crédits immobiliers ont chuté de 0,76%! «La baisse est toujours rapide, accompagnant la faiblesse des taux constatés sur les marchés obligataires. Elle exprime ainsi les conséquences des orientations monétaires des banques centrales et les comportements anxiogènes des investisseurs», relève l’observatoire. Le taux de l’emprunt d’État Français à 10 ans (l’OAT) s’élève à 0,24%. Cette baisse «répercute aussi, depuis la fin du printemps, la réduction de la durée des crédits», souligne l’organisme. «Celle-ci est rendue possible par la baisse des taux, sans que cela n’affecte les charges de remboursement des emprunteurs qui continuent de se réduire», explique-t-il. La durée des prêts accordés en août s’est ainsi établie à 208 mois moyenne contre 209 en juillet (17,4 années) et 212 mois en mai (17,6 années).

Les particuliers sont de plus en plus nombreux à profiter de ces excellentes conditions de financement. En juillet, la production de nouveaux crédits à l’habitat a accentué sa hausse, atteignant le niveau record de 21,1 milliards (après 19,2 milliards en juin), note la Banque de France. Cette tendance est essentiellement due au bond des renégociations de crédit qui ont représenté 44,4% (contre 38,1% en juin) du total des prêts! Et ce n’est certainement pas fini.

La Banque de France a également constaté une hausse des crédits destinés à des investissements dans l’habitat locatif (dispositif Pinel...): leur part dans la production totale de crédits est passée à 12% contre moins de 10% il y a un an.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant