Baisse des impôts : l'annonce-surprise de François Hollande

le
40
François Hollande a surpris en annonçant, « quoi qu'il arrive », des baisses d'impôts en 2016.
François Hollande a surpris en annonçant, « quoi qu'il arrive », des baisses d'impôts en 2016.

« Il y aura des baisses d'impôts, quoi qu'il arrive, en 2016. » François Hollande a surpris son monde, jeudi, en annonçant une réduction des prélèvements obligatoires l'année prochaine pour les ménages.

Le président a pris de court jusqu'à son gouvernement. Dans une interview accordée à des quotidiens régionaux publiée un peu plus tôt, lui-même s'était montré beaucoup plus prudent en conditionnant un tel geste à l'évolution de l'activité l'année prochaine : « Si la croissance s'amplifie en 2016, nous poursuivrons ce mouvement [de baisse de la fiscalité, NDLR], car les Français doivent être les premiers bénéficiaires des résultats obtenus. »

Une équation difficile

Et pour cause, la situation budgétaire ne lui laisse pas beaucoup de marge de man?uvre. Après avoir obtenu un délai de deux ans pour réduire le déficit en dessous de la barre fatidique des 3 %, la France s'est engagée auprès de ses partenaires européens à le ramener à 3,8 % fin 2015, puis à 3,3 % fin 2016.

Une trajectoire budgétaire détaillée dans un programme de stabilité en avril qui ne prévoyait pas de nouvelles baisses d'impôts pour les ménages après la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu en faveur de 9 millions de foyers fiscaux en 2015. La priorité était à la mise en place du pacte de responsabilité, qui prévoit au moins 7,5 milliards d'euros de baisse de prélèvements en faveur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M802641 le samedi 22 aout 2015 à 11:52

    En effet, l'endettement gonflera, les déficits aussi car rien ne sera fait pour l'empêcher. En avant la machine électorale et après moi le déluge. La purge chez nous ne sera pas "à la grec" - plutôt genre champignon nucléaire !

  • MAUMIC le samedi 22 aout 2015 à 09:40

    Pas marrant du tout. Jusqu'où iront ils dans leur délire qui vont nous conduire à une purge à la Grec en 2017 laissant le bébé plein de caca à leur successeur. Car j'ose espérer qu'ils se feront virer en 2017 . Mais le mal sera fait.

  • janaliz le samedi 22 aout 2015 à 09:15

    Un quart d'heure avant il ne savait pas lui-même qu'il allait faire l'annonce...

  • M3366730 le samedi 22 aout 2015 à 00:23

    Demain, Hollande rase gratis. Précipitez vous les sens dents à l'Elysée et vous serez bien acceuilli par "moi Président"....

  • M3366730 le samedi 22 aout 2015 à 00:18

    Que de contres vérités après une augmentation des divers impôts depuis l'arrivée de FH de 90 milliards d'euros, des baisses prévues !!! Ils vont arroser leurs clients.......

  • M6137859 le vendredi 21 aout 2015 à 21:41

    Eh !... revoilà Hollande le prestidigitateur qui en un tour de passe passe donne d'une main et reprend de l'autre.Et, les couillons de Français qui payent l'impôt y croient toujours. Alors, continuez à vous laisser berner par ce bonimenteur de pseudo président.

  • gyere le vendredi 21 aout 2015 à 19:15

    Si la baisse des impôts est "conditionnée", en revanche, la baise des électeurs est actée!!

  • mo.conta le vendredi 21 aout 2015 à 17:15

    françois a oublier de dire que pour 2016 ;en préparations grosses réductions de niches fiscales

  • ebrardpa le vendredi 21 aout 2015 à 17:07

    Si la baisse des impôts est "conditionnée" par une croissance faible (probable), alors elle ne portera que sur quelques euros pour le contribuable moyen ; si la croissance est forte (le rêve) alors nous serons dans la problématique de la relance de 81/82 de triste mémoire ...effet d'annonce !!!

  • M802641 le vendredi 21 aout 2015 à 16:39

    En matière d'inégalité devant l'impôt il faut ajouter que moins que 50% des français paie l'IRPP à force de manipuler les tranches etc. Ce serait plus équitable que tout le monde paie un peu, les uns un peu plus que les autres. Ne rien payer n’installe pas un sentiment de solidarité nationale.