Baisse des dépenses : comment le gouvernement a mystifié l'aile gauche de sa majorité

le
20
Michel Sapin et François Hollande veulent renforcer la compétitivité des entreprises tout en continuant à diminuer le déficit.
Michel Sapin et François Hollande veulent renforcer la compétitivité des entreprises tout en continuant à diminuer le déficit.

Sur le papier, l'équation était insoluble. À l'automne, le gouvernement prévoyait un plan d'économies sur les dépenses de 49 milliards de 2015 à 2017 pour tenir la trajectoire de réduction du déficit et financer une baisse de 6 milliards des prélèvements obligatoires en 2017. Le 31 décembre 2013, François Hollande dégainait son pacte de responsabilité en faveur des entreprises. Soit 35 milliards d'euros de baisse de cotisations et d'impôts sur trois ans à financer par de nouvelles baisses de dépenses publiques. Mais en avril, surprise. Le chiffre des économies à réaliser sur les dépenses ne bouge pas : il est toujours de 50 milliards d'euros, malgré le manque à gagner fiscal. Un tour de passe-passe comptable que personne n'était vraiment parvenu à expliquer. Jusqu'à ce que la Cour des comptes vienne révéler mercredi la supercherie dans son rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques. Explications. Déduction faite de 16 milliards de hausse des prélèvements déjà prévus par le gouvernement de 2015 à 2017 (contribution climat-énergie, hausse de la contribution au service public d'électricité, remplacement de la taxe poids lourds...), le coût net du pacte de responsabilité et de solidarité n'est que de 14 milliards d'euros net, les baisses de prélèvements pour les entreprises devant elles-mêmes générer 5 milliards de rentrées fiscales via l'augmentation des profits des entreprises induits. ...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kejocol le mercredi 18 juin 2014 à 18:00

    les depenses de l'etat sont reelles puisque les fonctionnaires sont bien payes et il y en a de plus en plus, donc, je vois pas comment ce gouvt va baisser les depenses. Par contre ds le calcul, les recettes sont des previsions et comme toute prevision ce n'est pas sur du tout et le deficit augmente au lieu de baisser. une logique qui decoiffe. faut les arreter.

  • M2711013 le mercredi 18 juin 2014 à 15:43

    " Michel Sapin et François Hollande veulent renforcer la compétitivité des entreprises tout en continuant à diminuer le déficit. " ... Ah bon, ils ont commencé ?

  • M9095115 le mercredi 18 juin 2014 à 14:50

    L'équipe au pouvoir a toujours magouiller les chiffres et ce n'est pas maintenant que cette équipe de nuls va s'arrêter.Ils ne sont bons qu'à ça et la France s'enfonce.Est ce que ceux qui ont voter pour ce branquignole incompétent sont prêts à recommencer?

  • fquiroga le mercredi 18 juin 2014 à 13:41

    Des tricheurs nous gouvernent. Shame on them...

  • jnussba5 le mercredi 18 juin 2014 à 09:09

    Ils prennent vraiment les électeurs pour des cons..Qui peut croire qu'ils veulent faire des économies ?

  • mipolod le mercredi 18 juin 2014 à 09:08

    A la moindre petite crise boursière, la France va se retrouver dans la même situation que le Portugal ou l'Espagne il y a quelques années : sous perfusion de l'UE. Mais nous serons définitivement débarrassés des social.os pour au moins 20 ans !

  • fignar le mercredi 18 juin 2014 à 09:06

    ce qu'il y a de formidable ,ce sont les 5 milliards d'IS induits .Le gouvernement ne pense donc pas un instant que les entreprises vont investir ou embaucher .On va droit dans le mur !

  • M7361806 le mercredi 18 juin 2014 à 08:45

    bla-bla-bla mais aucune décision concrète

  • restif1 le mercredi 18 juin 2014 à 07:54

    ou comment faire des économies en dépensant plus. Ne sont mystifiés que ceux qui le veulent bien

  • pichou59 le mercredi 18 juin 2014 à 07:33

    Marie-Noëlle Lienemann, c'est du top!!!!