Baisse de taux en Turquie, le gouvernement en veut plus

le
0

(Actualisé avec déclarations des ministres) ISTANBUL, 20 janvier (Reuters) - La banque centrale turque a abaissé son principal taux d'intérêt de 50 points de base mardi face au ralentissement de l'inflation et dans un contexte de pressions politiques croissantes à cinq mois des élections parlementaires de juin. Le geste a aussitôt été jugé insuffisant par plusieurs ministres, des propos qui ont fait tomber la livre turque à un plus bas de deux semaines sur le marché des changes. La semaine dernière, le président Recep Tayyip Erdogan avait menacé de convoquer les responsables de la banque centrale s'ils restaient sourds aux appels répétés en faveur d'une baisse des taux pour relancer la croissance. La Banque de Turquie a abaissé son taux des prises en pension à une semaine à 7,75% contre 8,25% auparavant. Elle a revanche laissé inchangé son taux au jour le jour à 11,25% et le taux au jour le jour pour ses principales banques correspondantes à 10,75%. le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus, le ministre de l'Economie Nihat Zeybekci et le conseiller présidentiel Yigit Bulut ont tous trois jugé la mesure insuffisante et demandé à la banque centrale de réduire ses autres taux. "Avec cette décision, il est devenu malheureusement plus difficile d'atteindre les objectifs de croissance, d'emploi et d'inflation", a regretté Numan Kurtulmus sur Twitter. La livre s'était raffermie après l'annonce de la banque centrale, les traders estimant que l'institution avait résisté aux pressions en n'allant pas plus loin. Mais elle a ensuite chuté en réaction aux critiques des responsables politiques, reculant jusqu'à un plus bas depuis le 5 janvier de 2,35 pour un dollar TRYTOM=D3 . "Il est difficile de dire que (la baisse de taux) est uniquement liée aux pressions politiques car il y a eu un ralentissement inattendu de l'inflation en décembre", commente Gokce Celik, économiste chez Finansbank. "Mais les déclarations du gouvernement nuisent à la crédibilité de la banque centrale car même si la baisse de taux est motivée par des considérations économiques, ce n'est pas la perception qu'on en a de l'extérieur." Avec une croissance économique plus vigoureuse, l'AKP, le parti au pouvoir, a de meilleures chances de remporter la majorité au Parlement lors des élections de juin, ce qui permettrait à Recep Tayyip Erdogan de renforcer son emprise en tant que chef d'Etat. Sur 20 économistes interrogés par Reuters, 11 avaient dit s'attendre à une réduction du principal taux d'intérêt. En décembre, le taux d'inflation a décéléré à 8,17% contre 9,15% en novembre, au-dessus de l'objectif de 5% de la banque centrale. "Le fait que la banque centrale ait opté pour une baisse de taux, relativement agressive qui plus est, en dépit d'un taux d'inflation bien supérieur à son objectif en dit long sur la conduite de la politique monétaire en Turquie", juge Nicholas Spiro, chez Spiro Sovereign Strategy à Londres. "Une fois de plus, cela va soulever des questions sur l'indépendance de la banque centrale turque." (Ece Toksabay; Claude Chendjou et Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux