Baisse de 13% des ventes mondiales de PSA au 1er semestre

le
5
Baisse de 13% des ventes mondiales de PSA au 1er semestre
Baisse de 13% des ventes mondiales de PSA au 1er semestre

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a annoncé vendredi une baisse de 13% de ses ventes mondiales au premier semestre imputable au marasme du marché en Europe et à la suspension de ses exportations vers l'Iran.

Le premier constructeur automobile français, numéro deux européen, a commercialisé sur les six premiers mois de l'année 1.619.000 voitures et véhicules utilitaires légers. En excluant les ventes d'éléments détachés, exportés notamment vers l'Iran, la baisse ressort à 10,7%.

Les expéditions de voitures en kit fabriquées à Vesoul (Haute-Saône) sont suspendues depuis le début de l'année, sans aucune date de reprise prévue, à cause du durcissement des sanctions internationales contre le régime iranien. Sur le semestre, 65.000 ventes ont été ainsi perdues.

Vers 15h10, l'action PSA reculait de 5,74% à 7,12 euros, non loin d'un plus bas du jour à 7,07 euros. Au même moment, l'indice des valeurs automobiles européennes cédait 2,39%.

"Les ventes ne sont pas bonnes, mais ça on le savait déjà", commente Philippe Barrier, analyste automobile à la Société générale.

En Europe, les ventes de PSA ont chuté de 15,2% sur la première partie de l'année, tandis que sa part de marché a reculé d'un point à 12,9%, contrecoup de la fin des primes à la casse. Le constructeur a vendu d'une année sur l'autre 176.000 voitures de moins sur le continent, ce qui représente les trois-quarts de la baisse des ventes mondiales enregistrée sur la période.

"Le groupe est toujours pénalisé par un mix marché défavorable: les marchés traditionnellement les plus porteurs pour les marques Peugeot et Citroën (France, Espagne, Italie) sont en crise profonde", a commenté PSA dans un communiqué.

PSA DÉMENT AVOIR DEMANDÉ UN PRÊT PUBLIC

Affecté depuis l'automne dernier par une chute de ses ventes sur le continent européen, PSA va présenter jeudi prochain aux syndicats les nouvelles mesures qu'il entend prendre pour réduire encore davantage ses coûts et ajuster ses capacités de production à la baisse actuelle du marché.

Dans ce contexte, la Tribune.fr a cité vendredi Philippe Bonnin, pressenti pour prendre la présidence de l'Association des collectivités sites d'industrie automobile (Acsia), selon lequel PSA a demandé un prêt public, ce qu'a démenti le groupe.

"PSA et Philippe Varin démentent avoir demandé un prêt à l'Etat", a déclaré un porte-parole du constructeur.

Le ministère de l'Economie a également démenti l'information vendredi après-midi.

Contrairement à Renault, dont l'Etat français détient 15% environ du capital, PSA est une entreprise privée contrôlée par son principal actionnaire, la famille Peugeot avec 25,2% du capital.

Le groupe a accueilli cette année un nouvel actionnaire important, General Motors, qui a pris 7% du capital dans le cadre d'une alliance stratégique entre les deux groupes.

En s'alliant à GM, PSA espère poursuivre une stratégie d'internationalisation et de montée en gamme fragilisée par ses difficultés financières actuelles. Au premier semestre, les ventes hors d'Europe ont représenté 39% des ventes totales du groupe, contre 38% un an plus tôt et un objectif de 50% d'ici 2015.

En Chine, où PSA vient de lancer la ligne haut de gamme de Citroën, DS, les ventes du groupe ont augmenté de 7% tandis qu'en Russie, où la production de Peugeot 408 dans l'usine de Kaluga commence ce mois-ci, les ventes ont augmenté de 14,7%. En revanche, en Amérique latine elles ont chuté de 21% environ, affectées par le ralentissement du marché brésilien et par les travaux d'agrandissement de l'usine PSA de Porto Real, au Brésil.

Depuis le début de l'année, le titre PSA perd plus de 30%, ramenant sa capitalisation boursière à moins de trois milliards d'euros, après avoir déjà effacé plus de la moitié de sa valeur en 2011. Le groupe publiera ses résultats complets du premier semestre le 25 juillet.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mmegemon le vendredi 6 juil 2012 à 16:43

    si les pouvoirs publics aident la vente des voitures les français achetent des grosses allemandes donc demandons a merkel de payer la prime

  • dmorvan4 le vendredi 6 juil 2012 à 11:08

    Jacques CALVET pourte une lourde responsabilité avec son comportement arrogant et n'a pas été visionnaire sur la stratégie moyen et long terme. Chez TOYOTA, ils ont compris, et de plus ils ouvrent des usines en France

  • M1765517 le vendredi 6 juil 2012 à 10:56

    comment se rejouir des difficultés de PSA ? vous preferez certainement les produits chinois !

  • paumont1 le vendredi 6 juil 2012 à 09:41

    Qu'ils fassent vite faillite, on sera débarrassé de leurs diesels pourris!

  • M8743521 le vendredi 6 juil 2012 à 09:33

    Que l'état se contente de prendre à sa charge 5 heures de travail hebdomadaires et PSA sera sauvé! Les 35 heures,aceptables en période d'expansion..ne peuvent plus étre maintenues dans la période de récession dans la quelle...ces mêmes 35 heures que le même état a contraint la société à appliquer!