Baisse de 1,6% du marché de la mode féminine au 1er semestre

le
0
RECUL DE 1,6% DU MARCHÉ DE LA MODE FEMININE AU 1ER SEMESTRE
RECUL DE 1,6% DU MARCHÉ DE LA MODE FEMININE AU 1ER SEMESTRE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Plombé par un environnement morose, le marché français du prêt-à-porter féminin a reculé de 1,6% au premier semestre, mais une légère amélioration de la conjoncture pourrait lui permettre de finir l'année sur une baisse plus limitée, selon la fédération française du prêt-à-porter féminin.

Très sensibles à la conjoncture, les ventes d'articles de mode féminine restent impactées par la progression du chômage et l'alourdissement de la fiscalité des ménages.

"L'environnement économique reste difficile mais il y a eu un léger mieux au niveau de la consommation des ménages et le marché de la femme résiste mieux que les autres segments de l'habillement", a déclaré jeudi François-Marie Grau, secrétaire général de la fédération.

La baisse des ventes a atteint 5,9% en volume et les achats à prix barrés ont compté pour près de la moitié (45%) des ventes de vêtements féminins, contre 40% un an plus tôt.

"La crise a modifié les comportements d'achats", a résumé le responsable de la fédération professionnelle, qui compte notamment parmi ses membres les marques Zadig & Voltaire, René Derhy, Zapa, Bérénice ou Gérard Darel.

Malgré la hausse de la pression fiscale, le marché de la mode féminine pourrait, selon lui, limiter sa baisse à 1% cette année, après un décrochage de 2,8% en 2012, si la meilleure tenue de la consommation se confirmait dans la deuxième partie de l'année.

La consommation s'est redressée à +0,3% au deuxième trimestre en France, selon l'Insee, qui anticipe une quasi-stabilité de l'évolution du PIB (+0,1%) sur l'ensemble de 2013.

La mode féminine résiste cependant mieux que le marché masculin, qui décroche de 2,8% au premier semestre et celui de l'enfant qui chute de 3,6%.

Pris dans son ensemble, le marché français de l'habillement accuse un recul de 2,4% sur les six premiers mois de l'année et s'apprête à accuser le triste record, en 2013, d'une sixième année de baisse consécutive.

Le bilan des soldes d'été s'annonce quant à lui mitigé. Après un mauvais début, une météo devenue plus favorable en juillet devrait avoir permis aux détaillants d'écouler des stocks pléthoriques.

Le marasme du marché français contraste avec le dynamisme des exportations, qui ont progressé de 4,5% au premier semestre, tandis que les importations ont reculé de 1,4%, avec une baisse (-1,3 point) en provenance de Chine.

La Chine reste le premier fournisseur du prêt-à-porter français, avec une part de 33,8%, mais l'inflation salariale dans le pays a conduit de nombreuses marques à se tourner vers des fournisseurs plus compétitifs, comme le Bangladesh et le Vietnam.

La catastrophe intervenue en avril à Dacca, au Bangladesh, où l'effondrement d'un immeuble abritant des ateliers de textile a fait plus d'un millier de morts, n'a pas dissuadé les entreprises françaises. Leurs importations en provenance de ce pays ont augmenté de 4% sur les six premiers mois de l'année.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant