Baisse de 0,5% des prix du gaz au 1er juin

le
0

INFO LE FIGARO - Les tarifs réglementés proposés par Engie (ex-GDF Suez) vont se replier à compter du 1er juin. La baisse oscillera très précisément entre 0,5 et 0,6%.

Désormais revisés tous les mois, les prix du gaz baisseront au 1er juin. Les tarifs réglementés proposés par Engie (ex-GDF Suez) reculeront en moyenne de 0,5%. Cette diminution oscillera très précisément entre 0,5 et 0,6%. Environ 7,5 millions de foyers sont concernés. Au 1er mai, les prix du gaz avaient déjà baissé de 1,16% en moyenne. Les tarifs réglementés du gaz naturel d'Engie sont déterminés par l'État après avis consultatif de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Les tarifs du gaz sont indexés pour une partie sur les cours du pétrole. Ceux-ci sont légèrement repartis à la hausse - le brent se situe actuellement aux alentours de 65 dollars - après une forte dégringolade entre l'été 2014 et le début du printemps 2015: sur cette période, le baril a perdu près de la moitié de sa valeur, allant jusqu'à chuter aux alentours de 50 dollars.

La CRE est très attentive sur la fixation des prix du gaz. Elle publiera bientôt , comme c'est le cas chaque année au printemps, son rappport sur les tarifs réglementés du gaz. Il s'agit de l'une de ses missions: le régulateur doit vérifier que les coûts d'approvisionnement d'Engie sont correctement répercutés auprès du consommateur. À travers cet audit des coûts d'approvisionnement mais aussi hors approvisionnement, la CRE assure son rôle de superviseur du bon fonctionnement des marchés de l'énergie.

Lourd programme d'investissements

C'est depuis le début de l'année 2013 que les prix du gaz sont révisés tous les mois et non plus tous les trimestres comme auparavant. Ce nouveau mode de fonctionnement a eu comme gros avantage de limiter les psychodrames politiques liés à ce dossier: en effet, les variations sont plus beaucoup plus minces quand il s'agit d'un mode mensuel plutôt que trimestriel. À l'époque - comme le gouvernement n'hésitait pas à rogner sur les demandes tarifaires de l'enteprise -, Engie n'hésitait pas à saisir le Conseil d'État.

La loi dispose en effet que les coûts d'approvisionnement du groupe soient intégralement répercutés. À chaque fois, Engie a été entendu par la juridiction administrative, de telle sorte que le gouvernement a été contraint de procéder à des rattrapages tarifaires. S'agissant de l'électricité, les modifications tarifaires interviennent traditionnellement au cœur de l'été: tout récemment, EDF a fait savoir que son lourd programme d'investissements à venir nécessite que l'État augmente les tarifs de l'électricité. On en saura plus au cours des prochaines semaines.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant