Baigneurs imprudents : 72% des Français favorables à une verbalisation

le
1
Baigneurs imprudents : 72% des Français favorables à une verbalisation
Baigneurs imprudents : 72% des Français favorables à une verbalisation

Après un week-end particulièrement meurtrier début août, la polémique sur la part de responsabilité des noyés ressurgit. Selon un sondage Ifop à paraître dans Sud Ouest Dimanche, 72% des Français seraient favorables à une verbalisation des baigneurs imprudents. Sont uniquement mises en cause les personnes qui, malgré la signalisation et l'appel à la prudence du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, s'aventurent hors zone surveillée ou ignorent l'interdiction de baignade.

Selon l'étude, nombre de Français pensent que «les comportements de ces vacanciers mettent potentiellement en danger la vie des sauveteurs». A l'inverse, 28% se disent «plutôt opposés» aux éventuelles sanctions, «car les policiers auront concrètement beaucoup de difficultés à verbaliser ces baigneurs et car les plages doivent rester un espace de liberté».

A noter que le soutien majoritaire à une verbalisation des baigneurs imprudents se retrouve «dans toutes les catégories de la population», sans clivage politique sur la question, puisque 76% des sympathisants socialistes, et 76% de ceux de l'UMP, y seraient favorables. Les jeunes de 18 à 24 ans se distinguent toutefois un peu plus du reste des sondés, «sans doute plus adepte de ce type de baignades à risque», commente l'institut. Seulement 56% d'entre eux sont favorables à une verbalisation.

Ce samedi encore, le corps sans vie d'une femme, âgée d'une soixantaine d'années, a été retrouvé dans le port du Cap-d'Agde (Hérault). Ramenée sur la terre ferme, elle n'a pas pu être réanimée, malgré l'intervention rapide des pompiers et d'un médecin.

Vendredi, une touriste âgée d'une trentaine d'années est morte noyée au bord de la plage des Caraïbes à Saint-Aygulf (Var).

Jeudi, le corps d'un septuagénaire noyé a été retrouvé dans le lac de Monampteuil (Aisne).

Le sondage a été réalisé du 6 au 8 août, en ligne, sur un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 10 aout 2013 à 17:48

    Pas compris en quoi ces 72% se sentent responsable de c.. qui font n'importe quoi. Ils ne mettent pas la vie des autres en péril.......S'il ont envie de se noyer, c'est leur problème.