Baie de Somme : les pêcheurs déclarent la guerre aux phoques

le
0
Baie de Somme : les pêcheurs déclarent la guerre aux phoques
Baie de Somme : les pêcheurs déclarent la guerre aux phoques

Les anti phoques ne décolèrent pas. Samedi matin, ils se sont réunis au Crotoy (Somme). Une trentaine de personnes étaient présentes. Avec plus de 460 animaux, en majorité des veaux marins, et près de 60 naissances enregistrées, la colonie de la baie de Somme est la plus importante de France. Quand du Tréport à Calais on compte environ 600 phoques. Un nombre qui ne cesse d'augmenter.

Un comité de défense contre leur prolifération s'est constitué. Il regrouperait plus de 5000 membres, en majorité des pêcheurs professionnels qui affirment que leurs activités sont en péril. « La pêche en France a été abandonnée par les politiques. Nous réclamons une concertation. En Angleterre, il y en aurait 150000. Quatre à huit mille sont prélevés chaque année », estime Fabrice Gosselin, président des pêcheurs à pied de la côte d'Opale. Selon lui, chaque mammifère ingurgite trois kilos de poissons par jour, en majorité des soles juvéniles.

Laetitia Dupuis, chargée de mission phoques à Picardie nature, tempère ces propos : « En moyenne, un phoque prélève deux kilos de poisson. A 70%, il s'agit de proies de la famille de la sole. Tout le monde sait qu'il y a une surpêche en mer du Nord. Les phoques n'en sont pas responsables. De même, la pollution a des impacts sur la reproduction des poissons. »

D'ici la fin de l'année, le Gemel (Groupe d'étude des milieux estuariens et littoraux) de Saint-Valery-sur-Somme va publier une étude sur les habitudes alimentaires des phoques. Au sein du parc naturel marin, une commission spéciale a été créée : « Le but est de faire une synthèse et un tri entre ce que disent les scientifiques et les gens sur le terrain », explique son président, Alex Pion, un chasseur.

Une dépense de 100000 ? pour le suivi de la colonie

Pierre Georges Dachicourt, pêcheur à Berck (Pas-de-Calais), trouve scandaleux les lâchers de bébés phoques et les sommes consacrées à leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant