Bahreïn reporte le procès d'une militante des droits de l'homme

le
0

MANAMA, 6 septembre (Reuters) - Un juge de Bahreïn a reporté samedi de 10 jours l'ouverture du procès de Maryam al Khaouadja, militante des droits de l'homme, et ordonné son maintien en détention, a annoncé l'avocat de l'accusée. Maryam al Khaouadja possède la double nationalité bahreïnie et danoise et elle est accusée d'être entrée clandestinement à Bahreïn, d'avoir agressé une policière et d'avoir proféré des insultes contre le roi Hamad. Lors de sa comparution devant le tribunal, elle portait un plâtre à un poignet. Son avocat, Mohamed al Djichi, a déclaré à Reuters qu'elle avait été blessée au cours de son arrestation et il a démenti toute agression contre des agents de police. Dans un communiqué diffusé vendredi, le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme qualifie d'arbitraire la détention de Maryam al Khaouadja et d'autres prisonniers politiques et il dit craindre que son arrestation soit liée à ses activités en faveur de la promotion des droits de l'homme. Citant un responsable de Bahreïn, l'agence officielle de presse BNA a rapporté la semaine dernière que le parquet avait ouvert une enquête après une plainte de la police aéroportuaire au sujet d'une femme ayant agressé un lieutenant et une policière après avoir refusé de remettre son téléphone durant une fouille. Le père de Maryam al Khaouadja est Abdoulhadi Abdoulla Houbaïl al Khaouadja, lui-même l'un des chefs de file de l'opposition chiite. Il est détenu depuis 2011 et se trouve en grève de la faim. Bahreïn, dirigé par une famille royale sunnite, est en proie depuis 2011 à des troubles politiques liés aux revendications de la majorité chiite du pays, qui se dit victime de discrimination politique et économique, ce que démentent les autorités. (Farishta Saeed; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant