Bahreïn : la Formule 1 relance la contestation

le
0
Les opposants chiites intensifient leurs manifestations en marge du Grand Prix, dont les qualifications se déroulent ce samedi. Le cadavre d'un homme a été découvert après des heurts nocturnes.

Les plus radicaux des contestataires avaient prévenu: les bolides de F1 ne sont pas les bienvenus dans un royaume où les dirigeants refusent, depuis un an, d'accéder à leurs doléances. Dès vendredi, dans les heures qui ont précédé les premiers essais libres, de violents incidents ont opposé militants et forces de l'ordre. Les heurts ont éclaté dans des localités majoritairement chiites aux abords de Manama, mais éloignées du circuit de Sakhir, à plus de 30 km de la capitale. Un circuit placé sous haute sécurité, avec des dizaines de voitures de police et même un véhicule blindé positionné non loin de là.

Les affrontements se sont poursuivis dans la nuit de vendredi à samedi.
Les affrontements se sont poursuivis dans la nuit de vendredi à samedi. Crédits photo : -/AFP

Les premiers essais se sont déroulés dans le calme, mais face à des tribunes vides. La nuit suivante, les affrontements se sont poursuivis entre manifestants et forces anti-émeutes. Des jeunes ont mis le feu à des pneus sur des routes jouxtant leurs villa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant