Bah alors, qu'est-ce qu'il t'arrive, Lorient ?

le
0
Bah alors, qu'est-ce qu'il t'arrive, Lorient ?
Bah alors, qu'est-ce qu'il t'arrive, Lorient ?

Actuel 16e avec le même nombre de points que le premier relégable Toulouse, qu'il reçoit ce soir sur son synthétique du Moustoir, le FC Lorient vit une saison très pénible. C'était un peu attendu, avec la difficile transition de l'après-Gourcuff à gérer, mais peut-être pas dans de telles proportions Les Bretons peuvent parfaitement éviter la relégation, mais même en cas de maintien, il faudra retenir les leçons de cet exercice raté.

Il est là, le match de la méga trouille. Lorient le 16e contre Toulouse le 18e, ce samedi soir 20h au Moustoir, devant une quinzaine de milliers de chapeaux ronds qui auront tous les miquettes au coup d'envoi, les genoux qui claquent au même rythme que les mains, sentant bien que si le vent tourne en défaveur de leurs favoris, ceux-ci risquent de se manger la tempête du siècle. Avec, au bout, un possible naufrage, cette redoutée relégation en Ligue 2, une antichambre que le club morbihannais s'est juré de ne plus connaître. En tout cas pas maintenant, alors qu'il a su grandir et se doter de structures dignes des meilleurs. Bonne nouvelle : il n'est pas trop tard pour se reprendre. Lens et Metz étant déjà condamnés, il ne reste plus qu'une place de relégué, et les Merlus n'apparaissent pas forcément comme les premiers candidats pour l'occuper. Toulouse, leur adversaire du soir, n'a plus de marge de manœuvre et reste sur huit défaites de rang en déplacement, tandis que Reims ne prend plus aucun point depuis un mois. Et Lorient alors ? Lorient, c'est tristoune, mais peut-être pas aussi alarmant que la concurrence. Avant la lourde défaite dans le derby face à Rennes le 4 avril (0-3), le Moustoir offrait de belles certitudes à domicile, une contre-performance à moitié corrigée par le nul obtenu à Amiens face au RC Lens dimanche dernier (0-0). Toulouse, Reims, Lorient ou un autre, faites vos jeux pour savoir qui sera inconsolable le 23 mai. En attendant, quoi qu'il arrive, maintien ou pas, cette saison apparaît d'ores et déjà ratée pour le FCL.
Des départs préjudiciables, des leçons non retenues
Et la première raison de cet exercice 2014/2015 tout pourri, c'est le choix des hommes qui a été mal fait. Étonnant pour un club réputé filou pour recruter malin, mais ce coup-ci, c'est un fait : la stratégie a totalement merdé. Plusieurs cadres importants – de vestiaire et sur le terrain – sont partis et n'ont pas été remplacés. On pense bien évidemment au capitaine Bruno Ecuele Manga, parti à Cardiff, et au buteur Vincent Aboubakar, bradé à Porto. Deux transferts tardifs, qui s'ajoutent à ceux de Kévin Monnet-Paquet, Jérémie Aliadière, Grégory Bourillon ou Maxime Baca, soit six des onze joueurs les plus utilisés par Gourcuff la saison dernière. Faire partir ses meilleurs joueurs au top de leur valeur marchande pour réussir de belles opérations financières afin de conserver le train de vie actuel du club : le FC…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant