Bagdad n'était pas informé de l'opération commando US contre l'EI

le
0

(Précisions sur le raid, derniers paras) ERBIL/BAGDAD, 23 octobre (Reuters) - Le ministère irakien de la Défense n'avait pas été informé de l'opération commando menée dans la nuit de mercredi à jeudi par les forces spéciales américaines et les peshmergas kurdes pour libérer des otages de l'Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak. "Nous avons appris cela par la presse, nous ne savions rien", a déclaré vendredi à Reuters un porte-parole du ministère, le général Tahssine Ibrahim Sadik. "L'opération a été menée uniquement par les peshmergas et les Américains, le ministère irakien de la Défense n'en avait aucune connaissance." Le raid, qui a coûté la vie à un militaire américain, a permis de libérer 69 otages détenus par l'EI, dont une vingtaine de membres des forces de sécurité irakiennes. La mission a été décidée après des informations selon lesquelles les otages allaient être exécutés par leurs gardiens. ID:nL8N12M4WT Le conseil de sécurité du Kurdistan irakien a confirmé vendredi avoir un moment pensé que des combattants kurdes figuraient parmi les otages, ce qui n'était pas le cas. La prison de l'EI où les otages étaient détenus se trouvait à sept kilomètres au nord de la ville d'Haouidja. "Le but était de libérer des peshmergas otages de l'EI", a-t-on déclaré de source proche du conseil de sécurité du Kurdistan autonome. "Nous avions des renseignements à ce sujet." En fait, tous les otages libérés sont des Arabes, y compris des membres de l'EI soupçonnés d'espionnage par le groupe djihadiste, a déclaré pour sa part un responsable américain. Les soldats américains devaient accompagner les combattants kurdes pour les conseiller dans cette opération de sauvetage mais ils ont été conduits à intervenir directement dans les combats lorsque les peshmergas ont commencé à subir des pertes, a précisé le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition anti-djihadiste conduite par les Etats-Unis. Une soixantaine de combattants kurdes sont portés disparus en mission depuis le début des combats contre l'EI l'an dernier en Irak. Plusieurs autres ont été décapités par les djihadistes et des vidéos de leur exécution ont été diffusées sur internet. (Isabel Coles et Stephen Kalin avec Mark Hosenball à Washington; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant