Bagdad dément avoir tiré à balles réelles sur des manifestants

le
0
    BAGDAD, 22 mai (Reuters) - Les autorités irakiennes ont 
démenti dimanche que les forces de sécurité aient tiré à balles 
réelles contre des manifestants qui sont entrés de force 
vendredi dans la "Zone verte", le quartier sous haute sécurité 
de Bagdad qui regroupe bâtiments du pouvoir et ambassades. 
    D'après des sources médicales auprès de quatre hôpitaux où 
les victimes ont été emmenées et de la morgue de la capitale 
irakienne, quatre manifestants ont été tués et 90 autres blessés 
par balles lors des affrontements qui ont suivi.   
    Mais le porte-parole du Premier ministre Haïdar al Abadi a 
affirmé dimanche que les premiers éléments de l'enquête ne 
faisaient état que de deux décès et excluaient des tirs à balles 
réelles. 
    "Rien ne prouve que ces deux décès ont été provoqués par des 
tirs directs contre les manifestants, et il n'y a pas d'autres 
cas", a dit Saad al Hadithi lors d'une intervention retransmise 
par la télévision publique. 
    Pour la deuxième fois en trois semaines, plusieurs milliers 
de manifestants, parmi lesquels se trouvaient des partisans du 
dignitaire chiite Moktada Sadr, sont entrés de force vendredi 
dans la Zone verte, pour dénoncer l'incapacité du gouvernement à 
combattre la corruption et rétablir la sécurité. 
    Les forces de sécurité ont tiré avec des balles gainées de 
caoutchouc et utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes 
pour les déloger. Des témoins ont dit que les policiers avaient 
d'abord tiré en l'air avant de viser directement la foule.      
 
 (Stephen Kalin; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant