Bagarres au Parlement irakien qui s'enfonce dans la crise

le
0
    BAGDAD, 13 avril (Reuters) - Le président du Parlement 
irakien envisagerait une dissolution de l'assemblée après une 
séance chaotique marquée par des bagarres, mercredi, alors que 
le pays s'enfonce dans la crise politique et attend la formation 
d'un gouvernement d'experts indépendants. 
    Le Conseil des représentants s'est réuni à la demande de 
plusieurs dizaines de députés qui ont entamé mardi soir un 
sit-in dans les locaux du Parlement afin que le Premier ministre 
Haïdar al Abadi mette en place un cabinet de technocrates 
destiné à lutter contre la corruption et à limiter l'emprise des 
communautés ethniques sur certains ministères. 
    Des disputes entre élus kurdes et chiites ont dégénéré en 
bagarres, obligeant le président du Parlement Salim al Djabouri 
à annuler la séance et à la reporter à jeudi, ont rapporté des 
témoins. 
    Les Kurdes s'opposaient notamment à la demande de plusieurs 
députés chiites qui souhaitaient les démissions du chef de 
l'Etat, Mouhammad Fouad Massoum, d'origine kurde, du président 
du Parlement qui est sunnite et du Premier ministre qui est 
chiite. 
    La télévision irakienne a indiqué qu'Al Djabouri envisageait 
une dissolution de l'assemblée. 
    Selon la Constitution irakienne, une telle initiative exige 
l'approbation de la majorité des élus à la demande d'un tiers 
des députés ou l'approbation du président à la demande du 
Premier ministre. 
          
 
 (saif Hameed et Maher Chmaytelli; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant