Badri voit l'Opep réduire son objectif de production

le
0

(Complété avec précisions, citation d'analyste) VIENNE, 16 septembre (Reuters) - Le secrétaire général de l'Opep a dit mardi s'attendre à ce que l'organisation abaisse son objectif de production de pétrole lors de sa prochaine réunion ministérielle fin novembre, ce qui serait une première depuis la crise financière de 2008. Abdallah El-Badri, qui s'exprimait devant la presse à l'issue d'un entretien à Vienne avec le ministre russe de l'Energie Alexander Novak, s'est vu demander s'il pensait que l'objectif actuel de 30 millions de barils par jour (bpj) serait encore approprié l'an prochain. "Non, je ne le pense pas", a-t-il dit. "Je pense que notre production sera de peut-être 29,5 millions de barils par jour, pas de 30 millions." Prié de préciser si l'objectif en soi serait modifié - la production de l'Opep fluctuant souvent autour de ce chiffre - il a répondu : "Je pense que notre objectif sera réduit, peut-être de 500.000." L'Opep se réunit le 27 novembre pour faire le point sur sa politique de production. Le baril de Brent, référence du marché mondial, est passé lundi sous la barre des 100 dollars qui est le niveau souhaité par l'Opep et qui correspond aussi au seuil de tolérance de la Russie, le principal producteur mondial. Tombé en séance jusqu'à 97 dollars, un plus bas de 26 mois, en réaction à des statistiques chinoises décevantes, il est ensuite remonté légèrement et se traitait autour de 99 dollars mardi. La tendance baissière observée depuis plusieurs mois est notamment due au retour sur le marché des exportations libyennes et à la production américaine à son plus haut depuis 1986 grâce au boom du pétrole de schiste, le tout dans un contexte de demande stable ou en déclin. L'Arabie saoudite, principale puissance de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, a réduit sa production de 400.000 bpj en août, à environ 9,6 millions, et devrait continuer d'ajuster ses livraisons au quatrième trimestre en fonction des exportations libyennes. L'objectif de 30 millions de bpj a été officiellement institué en décembre 2012 mais avant cela l'Opep n'avait plus modifié son niveau-cible depuis une baisse importante annoncée en décembre 2008. Pour Samuel Ciszuk, analyste à l'Agence suédoise de l'énergie, les propos d'Abdullah al-Badri montrent que la baisse des cours du brut commence à inquiéter certains membres de l'Opep. "C'est un signal et il est important", dit-il. "Il est probable que certains membres de l'Opep tremblent à l'idée d'une poursuite de la baisse." Abdullah al-Badri s'est voulu confiant et a dit s'attendre à une remontée des cours du brut après la glissade des deux derniers mois. "Je ne pense pas que cette tendance se poursuivra. Nous prévoyons que les cours remonteront avant la fin de l'année", a-t-il expliqué en parlant de "fluctuations liées à des comportements saisonniers." (Shadia Nasralla et Michael Shields, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant