Baden Baden : " Il m'arrive d'être nostalgique d'un joueur comme Francis Llacer "

le
0

Éric Javelle est un gars bien. En plus de sortir de bons albums de pop en français avec Baden Baden, il voue une admiration sans faille à Francis Llacer, est prêt à "tout pardonner" à Pastore, croit en la victoire du PSG face à Chelsea et a presque failli écrire un titre en hommage à Salvatore Schillaci.

Tu supportes le PSG depuis combien de temps ? Mes parents se sont installés en région parisienne alors que je devais avoir 10 ou 11 ans. Plus jeune, j'étais plutôt porté sur le tennis et le basket, mais j'ai toujours été passionné de sport en général. Comme je suis quelqu'un de très logique, je me suis attaché naturellement au PSG. Aujourd'hui encore, quand je regarde les résultats ou le classement, c'est pour savoir ce qu'a fait l'équipe. En cela, je suis très différent de Gab (le batteur, ndlr) qui est un fervent supporter du HAC et espère chaque saison la remontée du club. Il a même acheté le maillot de cette saison en affirmant que c'était selon lui le plus beau, Ligue 1 et Ligue 2 confondues. Un vrai supporter, c'est pas toujours très clairvoyant, et c'est ça qui est beau.
Vous êtes tous les deux nés au Havre, pourquoi ne pas supporter cette équipe également ? La différence, c'est que je suis très vite arrivé à Paris, contrairement à lui qui n'est arrivé dans la capitale qu'il y a quelques années. Je l'admire, car ça doit être un peu déprimant de supporter le HAC : ils sont dans le ventre mou du classement de L2 depuis des années. Jamais une petite fin de saison à suspense... Dans le groupe, il y aussi Julien (le guitariste, ndlr) qui, pour participer parfois à nos très pointues discussions footballistiques, essaie de nous faire croire qu'il est supporter de Valenciennes sous prétexte que c'est sa ville d'origine. Mais c'est faux : il ne connaît aucun joueur et n'y connaît rien non plus en foot. C'est exactement le mec à qui on tente d'expliquer pourquoi un but à l'extérieur compte double, même si ça n'est pas forcément visible au tableau d'affichage (rires).
Dans votre entourage, il y a également Simon, votre manager, qui est fan de foot, non ? Ouais, c'est un supporter inconditionnel de Montpellier. Il est tellement peu objectif que ça n'a très vite aucun sens de discuter foot avec lui. Par exemple, il nous affirme sans cesse qu'ils auraient été champions de France il y a trois saisons... C'est difficile à croire (rires).
Ça t'arrive d'aller au Parc ? Je n'ai jamais eu l'habitude d'aller voir un match de foot au stade quel que soit le niveau. Je crois que je n'aime...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant