Bactérie «E.coli» : la piste égyptienne

le
0
Les victimes allemandes et bordelaises ont consommé des graines germées «bio» importées de ce pays.

Alors qu'une dixième personne a été hospitalisée mardi à Bordeaux, les autorités sanitaires en savent un peu plus sur l'origine présumée de la bactérie E.coli qui vient de faire quatre nouvelles victimes en Allemagne, portant à 48 le nombre de décès (dont 1 en Suède) survenus depuis le début de l'épidémie.

Comme nous l'avons révélé mardi, il se confirme que le même germe est en cause de part et d'autre du Rhin. À savoir, la souche O104 ; H4 isolée, pour l'instant, chez quatre des seize personnes infectées à Bordeaux ainsi que sur la plupart des milliers de malades recensés en Allemagne et en Suède depuis la mi-mai. «Il s'agit d'une souche très rare de bactérie E.coli productrice de shigatoxines (substances responsables d'atteintes sanguines et rénales, NDLR) dont la dernière manifestation remonte à 2005 sur un cas en Corée du Sud, explique Gilles Salvat, directeur du laboratoire de l'Agence de sécurité sanitaire des aliments (Anses) à Ploufragan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant