Bachar el-Assad fait fi de la pression internationale et continue à tuer 

le
0
Des nervis du régime syrien multiplient les attaques contre les étudiants et procèdent à des rafles.

C'est une machine à tuer qui a perdu ses freins. Trois mois après le début des manifestations antigouvernementales, les défenseurs des droits de l'homme sont unanimes : la violence perpétrée par le régime de Bachar el-Assad plonge, jour après jour, le pays dans une spirale répressive sans fin. Avant-hier soir, un nouveau cap a été franchi avec cette rafle menée par les miliciens «Shahiba» dans la cité universitaire de Damas. Le bilan est lourd : une centaine d'étudiants arrêtés, des dizaines de blessés et au moins seize jeunes hospitalisés pour fractures et brûlures - dont quatre dans un état grave. L'association indépendante Avaaz recense également un mort.

«Le régime vient de passer un nouveau cap en envoyant sciemment ses hommes de l'ombre, habillés en civil, pour terroriser les étudiants. Ce sont de vrais bataillons de la mort !» s'insurge Wissam Tarif, membre de l'organisation de défense des droits de l'homme Insan.

Selon plusieurs témoignages r

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant