Baccalauréat : derrière l'épaule d'un correcteur de philo

le
0
Baccalauréat : derrière l'épaule d'un correcteur de philo
Baccalauréat : derrière l'épaule d'un correcteur de philo

Le stylo rouge qui s'abat sur le papier émet un bruit singulier, comme un cliquetis, qui résonne à la table de travail de Gilles. Ce professeur de philosophie est l'un des 170 000 correcteurs du bac. Chez lui, répartis en tas sur le bras du canapé : 84 copies des séries littéraires, issues d'un centre d'examen de la grande banlieue parisienne. Il est allé chercher son paquet jeudi.

« Une note objective n'existe pas, mais on tend vers une certaine justice », explique cet enseignant expérimenté, qui travaille comme titulaire remplaçant dans l'académie de Créteil. A la réunion de concertation, où ses collègues et lui-même ont accordé leurs violons en fin de semaine dernière, l'inspectrice a donné consigne de « ne pas surnoter ». Pour l'instant, sa moins bonne note est un 5/20, la meilleure un 18/20 et au milieu, on trouve beaucoup de 9, encore écrits au crayon. Il fixera ses notes après une nouvelle « réunion d'harmonisation », la semaine prochaine.

« Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? » Voilà pour le sujet. Dans la marge, le stylo rouge dessine souvent des sortes de vagues, signe que le raisonnement du candidat « flotte », dit Gilles. Cette année, il est agréablement surpris : il y a peu de fautes d'orthographe. Mais souvent, le hors-sujet guette, et l'argumentaire tourne en rond. « Ce n'est pas franchement passionnant, concède Gilles. Quand je commence à trouver les copies d'élèves pénibles, je vais voir des amis ou faire du sport. Il faut avoir les idées claires, sinon on note mal. » Et il arrive vite ce moment où les phrases -- parfois alambiquées -- dansent devant les yeux sans plus produire de sens. Contre cet effet hypnotique, Gilles s'accorde une récréation entre chaque copie : il boit un verre d'eau, fait « un tour d'appartement »...

Sa montre est posée sur la table à côté d'un paquet de cigarettes qu'il voudrait ouvrir moins souvent. Une copie lui prend entre quinze et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant