Bacca et le Milan, fragile idylle

le
0
Bacca et le Milan, fragile idylle
Bacca et le Milan, fragile idylle

Face à Empoli ce samedi, l'AC Milan devra se passer de Carlos Bacca, absent pour blessure musculaire. Après un début de saison tonitruant, l'avant-centre colombien marque clairement le pas depuis plusieurs semaines et s'est même pris le bec avec Vincenzo Montella fin octobre. De quoi réactiver les rumeurs de transfert le concernant.

Il fait partie de cette race d'attaquants obsessionnels, discrets et taiseux, dont le visage ne s'illumine vraiment que quand le ballon franchit la ligne de but adverse. Alors, quand Carlos Bacca découvre qu'il doit laisser sa place à Luiz Adriano face à Pescara fin octobre dernier, le Colombien tire sans surprise une tête de mort-vivant. Lentement, le visage fermé, les bras collés le long du corps, l'avant-centre longe la ligne de touche pour effectuer son remplacement, avant de serrer dédaigneusement la main de Vincenzo Montella. Avec qui il échange des mots doux depuis le banc de touche. Un incident minimisé après le match par l'entraîneur des Rossoneri : "Oui, Bacca n'était pas content de quitter le terrain... mais j'ai vu des réactions bien pires de la part de joueurs qui avaient été remplacés." Reste que Carlos Bacca accumule de la frustration du côté de Milan depuis quelques semaines. Un club avec lequel il entretient une relation qui reste encore instable et fragile.

Sevré de buts


Depuis début octobre, soit six matchs joués en Serie A, le Colombien ne trouve plus le chemin des filets. Une éternité pour un attaquant de sa trempe, qui n'était jamais resté muet plus de quatre matchs consécutifs en championnat la saison dernière. De quoi s'attendre à voir le Milan subir logiquement les conséquences de l'état de forme déclinant de son buteur. Car avant son passage à vide, le Bomber lombard a porté sur ses épaules le début de saison des Rossoneri, inscrivant six buts lors des sept premières journées de Serie A. Sauf que Montella et ses hommes ont plutôt bien su s'accommoder du rendement en baisse du Colombien. D'abord parce que ce Milan-là puise clairement sa force dans un collectif bien huilé et équilibré, qui prend progressivement conscience de ses qualités et limites. Lors des six dernières journées de Serie A, les Lombards n'ont ainsi pas paru franchement

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant