Bac : un an pour relire sa copie

le , mis à jour à 13:07
0
Bac : un an pour relire sa copie
Bac : un an pour relire sa copie

Ils sont  695 682 candidats cette année sur la ligne d'arrivée du baccalauréat... Quelque 4 millions de copies ont été produites en une semaine, avant d'être mélangées, puis triées, empaquetées, décachetées au domicile d'un des 170 000 correcteurs mobilisés pour l'examen. Puis passées au stylo rouge, éventuellement relues, recorrigées, retriées... Où sont-elles aujourd'hui, alors que les candidats découvrent à 10 heures leurs résultats ? La question intéresse surtout les élèves qui, surpris par leur score, voudraient relire leur prose et en vérifier la correction.

 

C'est techniquement possible : « Les copies sont conservées pendant une semaine au centre d'examen du jury, et les élèves disposent de trois jours pour aller les consulter », explique-t-on au ministère de l'Education nationale. Mais il n'est pas question de garder en souvenir son oeuvre de philo ou de maths. Les élèves sont seulement autorisés à lire leurs feuillets, destinés à rejoindre, mercredi prochain, les rayonnages du rectorat ou, en Ile-de-France, ceux de la Maison des examens basée à Arcueil (Val-de-Marne).

 

Des échantillons archivés depuis 1808

 

Impossible également d'attaquer la sévérité éventuelle du jury, qui est considéré comme souverain dans son jugement. La note d'un candidat ne peut être modifiée que si l'on s'aperçoit d'une erreur de saisie de son résultat (un 15/20 sur le papier qui deviendrait un 5 sur le relevé de notes final par exemple) ou dans l'application des coefficients sur sa moyenne générale.

 

Acheminées ensuite au rectorat, les copies vont rester un an dans les armoires, au cours duquel les élèves pourront encore demander à recevoir une photocopie de leurs productions, à partir du mois de septembre. « Nous recevons chaque année des milliers de demandes, le plus souvent parce que les gens envisagent de contester », explique Vincent Goudet, le directeur de la Maison des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant