Bac : très chers recalés...

le
3
Les résultats du bac au lycée Lafontaine à Paris en 2010.
Les résultats du bac au lycée Lafontaine à Paris en 2010.

À moins de quatre jours du début des épreuves, le ministre de l'Éducation nationale Benoît Hamon a démonté les critiques récurrentes sur le bac, réfutant le fait qu'il n'aurait "plus aucune valeur", qu'il serait "archaïque, voire préhistorique", ou encore "trop coûteux". Dans le dossier de presse rituel qui décrit, pluie de chiffres à l'appui, l'exploit administratif que constitue l'organisation des épreuves, le ministre a trouvé de bonnes raisons de défendre l'examen : "La mobilisation des familles pour voir leurs lycéens réussir à l'examen, la joie des lauréats le jour des résultats, sont, à elles seules, la preuve et l'incarnation de la valeur du baccalauréat", écrit-il. De même, "le diplôme est, en temps de crise économique plus que jamais, le moyen le plus sûr pour accéder au marché du travail", a ajouté le ministre.

Étranges arguments quand on y songe : l'obtention du bac est bel et bien indispensable actuellement pour poursuivre des études supérieures. On comprend donc l'anxiété de ceux qui le passent. Mais le décrocher du premier coup est à la portée de 87 % des candidats, un chiffre qui monte à environ 95 % si l'on tient compte de ceux qui s'y prennent à deux fois. Or, près de 687 000 candidats au baccalauréat attaqueront lundi un marathon de six jours d'épreuves écrites. Ce qui met la facture de chaque recalé à environ 3 000 euros, si l'on s'en tient à l'hypothèse basse d'un coût global du bac de 100 millions...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.e le jeudi 12 juin 2014 à 21:57

    mamouth irreformable de toute facons

  • M608962 le jeudi 12 juin 2014 à 21:55

    97% de réussite , puisqu'ils savent tout , autant le donner en supprimant les épreuves ,économie et gain de temps pour les profs qui pourrons plus se consacrer aux vrais élèves capable

  • frk987 le jeudi 12 juin 2014 à 18:02

    95%, autant dire qu'il est urgent soit de supprimer le bac soit de relever le niveau. Si c'est pour donner un certificat de fin d'études ayant une valeur de BEPC d'il y a 40 ans je ne vois vraiment pas l'intérêt d'organiser cette mascarade d'examen qui coûte une fortune aux contribuables. L'université fera le tri avant Noël, c'est là, le vrai bac.