Bac : soupçons de fuites sur les sujets de philo

le
0
Bac : soupçons de fuites sur les sujets de philo
Bac : soupçons de fuites sur les sujets de philo

Le ministère de l'Education nationale a confirmé au Parisien.fr que des investigations étaient en cours à la suite de «suspicions de fuites sur les sujets du Bac philosophie en catégorie L et ES». L'information a été divulguée par «Le Monde». La fuite aurait eu lieu sur le réseau social Twitter, selon une journaliste du quotidien. Le service de lutte contre la cybercriminalité de la gendarmerie nationale a été saisie.

«Il y a eu fuite des sujets. Les sujets de ES étaient sur twitter tard hier soir. Ceux de L à 8h31 ce matin» a écrit la journaliste Maryline Baumard. 

Il y a eu fuite des sujets. Les sujets de ES étaient sur twitter tard hier soir. Ceux de L à 8h31 ce matin? maryline baumard (@marylinebaumard) 16 Juin 2014

Dans la matinée, le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon a fait savoir qu'il n'y avait pas eu de fuite de sujets de la filière économique et sociale (ES) dimanche soir, selon la gendarmerie. «Il a pu y avoir après la divulgation (lundi) après 8 heures de la part d'un ou deux comptes Twitter» de sujets, a-t-il précisé. Habituellement, les sujets ne sont rendus publics qu'une heure après le début de l'épreuve, tant que peuvent être acceptés des candidats retardataires. Mais le délai a été rallongé pour l'édition 2014 compte tenu de la grève SNCF.

Lundi matin, une demi-heure avant le début de l'épreuve, on pouvait trouver l'intitulé sur ce compte par exemple. Les sujets de la série S étaient aussi disponibles avant l'heure selon plusieurs témoignages. 

La situation est «parfaitement maîtrisée», a souligné le ministre.

Pas d'annulation de l'épreuve

«Un site internet e-orientations.com a mis en ligne les sujets de philo juste après 08H00 mais le ministère les leur a fait retirer immédiatement, sur leur page et leur tweet. Par ailleurs, on a repéré un compte @_Blandus qui donnait les sujets», a expliqué la rue de Grenelle. Ces deux cas ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant