Bac 2016 : ce que l'on risque si l'on triche

le
0
En 2015, un tiers des fraudes au bac ont concerné les nouvelles technologies (téléphones portables, lecteurs MP3?).
En 2015, un tiers des fraudes au bac ont concerné les nouvelles technologies (téléphones portables, lecteurs MP3?).

Lycéens, prenez garde : avant de tricher pendant les épreuves du bac, réfléchissez-y à deux fois. Car nombreuses sont les actions de prévention des fraudes. Ainsi, depuis 2013, toutes les académies sont équipées de détecteurs de téléphones portables, dont le nombre et l'emplacement sont confidentiels. Les recteurs répartissent ces appareils de façon aléatoire, et veillent à les faire circuler entre les centres d'examen, tout au long des épreuves. Mis en place pour lutter préventivement contre l'utilisation frauduleuse des nouvelles technologies en 2015, elle a représenté près d'un tiers des fraudes détectées pendant les épreuves du bac.

Si, malgré les nombreuses mises en garde, certains petits malins prenaient le risque de tricher et étaient pris en flagrant délit de fraude ou de tentative de fraude, le surveillant responsable de la salle doit prendre les mesures nécessaires pour y mettre fin. Le candidat poursuit, quant à lui, sa composition (sauf en cas de substitution de personne ou de trouble affectant le déroulement de l'épreuve). Un procès-verbal sera ensuite dressé, transmis au chef de centre, puis à la commission académique de discipline du baccalauréat. Le jury délibérera de son côté sur les résultats du candidat suspecté de fraude, mais aucun certificat de réussite ne lui sera remis avant la décision de la commission.

Nouvelles technologies

Le candidat...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant