Bac 2016 : ça vaut encore le coup de réviser

le , mis à jour à 13:30
0
Bac 2016 : ça vaut encore le coup de réviser
Bac 2016 : ça vaut encore le coup de réviser

Dans le bus la conduisant à son stage, vendredi, Marie a dessiné les tours de La Défense qui défilaient devant elle. Depuis qu'elle a rejoint en septembre Boulle, une école supérieure d'arts à Paris, l'étudiante de 20 ans s'épanouit totalement. Intégrer le prestigieux établissement était pourtant... inespéré, assure-t-elle. Mais voilà, la moyenne de 15 et quelques que Marie a décrochée à son bac arts appliqués l'an passé a rendu possible l'impossible. Ses notes l'ont propulsée de la liste d'attente de Boulle à la liste prioritaire. Et pour cause : en se positionnant dans le gratin des élèves de son lycée de Loos (Nord), l'artiste en herbe a déclenché automatiquement un tout jeune dispositif gouvernemental baptisé Meilleurs Bacheliers.

 

A deux jours du top départ des épreuves, l'annonce du ministère de l'Education nationale de le renouveler cette année a de quoi remotiver les élèves fatigués par leurs révisions... et peut-être déçus par leur affectation pour l'enseignement supérieur découverte mercredi dernier grâce au dispositif APB (le logiciel Admission post-bac) qui continue a être décrié pour son manque de transparence.

 

«J'ai terminé l'année à un peu plus de 14 de moyenne»

 

Généralisée l'an passé, cette mesure permettra aux 10 % des meilleurs candidats de chaque formation (pro, techno, général) et de chaque lycée d'accéder à des filières sélectives publiques. Cela peut être une classe préparatoire, un BTS, un IUT, un institut de sciences politiques (sauf Paris), une école d'ingénieurs. Trois écoles de commerce privées font également partie du dispositif, dont l'Edhec. Pour y prétendre, les élèves ne doivent pas avoir obtenu leur vœu n° 1 sur APB. Sur les 15 000 diplômés éligibles en 2015, 1 800 ont finalement changé d'école ou de formation, comme Marie. « On m'a prévenue que j'étais dans le dispositif. J'étais vraiment contente de pouvoir aller à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant