B.Laporte : " Rien n'est à défendre, tout est à reconquérir "

le
0
B.Laporte : " Rien n'est à défendre, tout est à reconquérir "
B.Laporte : " Rien n'est à défendre, tout est à reconquérir "
Avant de d'affronter les Scarlets (Pays de Galles), dimanche à Mayol en ouverture de la toute nouvelle Champions Cup, Bernard Laporte, l'entraîneur des champions en titre toulonnais, a évoqué cette rencontre déjà considérée comme décisive.

Bernard Laporte, la Coupe d'Europe a changé de formule cette saison. Qu'est-ce que cela vous inspire ?
Sincèrement, cela ne modifie presque rien. Le seul changement significatif réside dans le nombre d'équipes participantes. On est passé de vingt-quatre à vingt. Déjà que la compétition était relevée, cela veut dire qu'elle le sera encore plus. Quand on regarde notre poule, même si ce n'est pas la seule dans ce cas, elle s'annonce particulièrement compliquée avec les Scarlets (Pays de Galles), l'Ulster (Irlande) et Leicester (Angleterre). Que de très bonnes équipes, donc.

Est-il juste de vous attribuer l'étiquette de favoris dans cette compétition ?
Certes, nous sommes double tenants du titre. Mais comme je le dis souvent à mes joueurs, les cartes sont à chaque fois redistribuées. On aborde une nouvelle compétition. Rien n'est à défendre, tout est à reconquérir. Personne ne nous reprendra le titre qu'on a remporté l'année dernière et celui qu'on veut, c'est celui qui arrive. C'est tout !

On sent votre équipe particulièrement désireuse d'entamer ce nouvel exercice, face au Scarlets, dimanche à domicile...
L'excitation est toujours la même ! C'est la plus grosse compétition, il faut dire les choses comme elles sont. En même temps, c'est toujours aléatoire dans la mesure où on commence par des poules de quatre équipes et cela va très vite. Il ne faut surtout pas se manquer à la maison - où un mauvais pas serait presque synonyme d'élimination - tout en figurant bien à l'extérieur. C'est le contraire du Top 14 qui se joue plus sur la longueur et ressemble d'avantage à un marathon. En Coupe d'Europe, il n'y a pas de rattrapage. Il faut donc qu'on gagne dimanche à Mayol, et avec le point de bonus offensif, pour être véritablement satisfait. C'est le seul moyen de bien enclencher le processus en vue d'une qualification pour le deuxième tour.

« Toulouse reste l'une des meilleures équipes françaises »

La Coupe d'Europe est-elle vraiment plus relevée que le Top 14 ?
A vrai dire, presque rien ne change entre les deux compétitions. Hormis peut-être les combats qui sont plus âpres et l'intensité plus élevée en Coupe d'Europe. Quand on commence à rencontrer les grosses écuries sur des matchs où tout le monde est à cent pour cent, c'est coriace de partout.

La défaite face à Toulouse (10-21), le week-end dernier, vous inquiète-t-elle du coup ?
Non ! Hormis la première demi-heure où on n'était pas présent dans l'agressivité,  je trouve que par la suite on a bien répondu. En deuxième mi-temps, la performance était même bonne. J'espère toutefois que certaines blessures sur ce match ne seront pas trop graves du côté de mes joueurs. Mamuka Gorgodze a une petite entorse au niveau du ligament interne. Pour les autres, cela devrait aller. Mais il ne faut pas oublier que, même si Toulouse a pu connaître des difficultés en début de championnat, cela reste l'une des meilleures équipes françaises. Je l'ai toujours dit !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant