B.Laporte : " Des hommes extraordinaires "

le
0
B.Laporte : " Des hommes extraordinaires "
B.Laporte : " Des hommes extraordinaires "
Récompensé lors de la Nuit du Rugby, Bernard Laporte a tenu à remercier son staff et ses joueurs pour cette récompense et la belle saison du RC Toulon. L'ancien sélectionneur des Bleus a confirmé qu'il prendrait sa retraite en juin 2016.

Bernard Laporte, est-ce que cette récompense a un sens pour vous ?
Oui, elle a un sens. Mais je n'entraîne pas pour remporter ce genre de récompense, je vous le dit franchement. D'abord, j'ai une pensée pour tout le staff. Ce n'est pas ma récompense, c'est celle de tout un staff. Je parle de Pierre Mignoni et de Jacques Delmas qui sont des entraîneurs extraordinaires, mais aussi des hommes extraordinaires. Je pense aussi à tous les autres, ceux qui s'occupent de la préparation physique, de la partie médicale, de l'intendance, de tous ces gens qui œuvrent au quotidien à nos côtés. Et puis surtout, je voudrais féliciter les joueurs. Vous savez, un staff n'est récompensé que quand ses joueurs gagnent. Quand je vois ce que cette équipe a réalisé la saison dernière, je ne peux être qu'ébloui et enchanté. Je ne les remercierai jamais assez. Je me disais l'autrefois que c'est une bonne chose que Mourad (Boujellal) m'ait convaincu de revenir dans le rugby parce que vivre ça, avec ces mecs-là, ça restera quelque chose avec un goût particulier. Jonny Wilkinson, je le connaissais. Giovanni Kirk, Danny Rosso, Bakkies Botha, tous ces mecs, je les connaissais. Mais, de ne pas les avoir côtoyé, il m'aurait manqué quelque chose. Même si je ne l'aurais jamais su. Ça restera un souvenir à vie avec des gens qui venaient de différents horizons. Quand vous entrainez l'équipe de France, vous connaissez les joueurs, c'est plus restreint. Là, quand on arrive à Toulon, il y a un joueur qui vient d'Australie, l'autre de Nouvelle-Zélande, comme dans beaucoup de clubs, il n'y a pas qu'à Toulon. Mais c'est vrai que ça a été un grand honneur. J'ai certainement replongé pour ça aussi. Je me suis dit « tu ne peux pas passer à côté d'une si belle expérience » même si je ne savais pas qu'on vivrait ça. Ces émotions-là, si je pouvais les acheter, je le ferais.

Ces titres sont arrivés seize ans après votre premier. Est-ce que vous êtes reparti pour seize ans ?
Je crois qu'il y a un temps pour tout dans la vie. Donc non, je ne pense pas que je vais repartir pour seize ans. Je tire mes dernières cartouches mais j'y prends beaucoup de plaisir. Le Rugby Club Toulonnais est un grand club. Un très grand club. J'ai vu des gens passionnés, un peuple passionné, une ville qui vit au rythme de son équipe, c'est rare. Ça n'existe peut-être pas qu'à Toulon, mais moi je l'ai vécu là-bas. Quel souvenir impérissable !

Avez-vous décidé de la date de votre retraite ?
La fin pour moi, c'est sûr que ce sera juin 2016, puisque j'ai signé jusqu'à cette date. Avec une saison 2015-2016 qui s'annonce particulière. Après ce sera fini parce la vie de famille fait qu'il faut savoir s'arrêter. Sans quoi, on prend tout pour soi. Il faut comprendre que l'on n'est pas tout seul dans la vie.

Propos recueillis par Jean-François Paturaud au Palais Brongniart

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant